Sans bitume 613

Button_English version

 

index

La construction du pipeline d’Energy East dans la ville Ottawa constituerait une sérieuse menace quant à la santé de l’environnement d’Ottawa. Ce pipeline transporterait des centaines de millions de litres de pétrole brut à travers la ville, avec un risque quotidien de fuite toxique et dévastatrice dans la rivière Rideau. Il permettrait également de faciliter l’expansion sans limite des sables bitumineux d’Alberta, avec une accélération du changement climatique. Le conseil municipal doit évaluer les risques posés par ce pipeline, et prendre tous les mesures nécessaires pour stopper sa construction et éviter de prendre des risques intolérables.

La compagnie TransCanada a prévu de transformer un pipeline de gaz naturel, vieux de 55 ans, pour transporter 130 millions de litres par jour de pétrole brut, partant des sables bitumineux d’Alberta et passant par Ottawa. Le pipeline longerait la rivière d’Ottawa sur de nombreux kilomètres, traversant les rivières Rideau et Mississipi. Mais la rivière d’Ottawa constitue notre source d’eau potable.

Une fuite serait dévastatrice pour notre environnement, et extrêmement coûteuse à nettoyer. Cela pourrait potentiellement contaminer les eaux souterraines et l’eau potable des résidents d’Ottawa. Le pipeline d’Energie Est faciliterait également l’expansion des sables bitumineux, qui à eux-seuls annuleraient tous les progrès effectués par le Canada pour réduire ses émissions de gaz à effets de serre.

Le pipeline d’Energie Est pénètrerait les frontières de la ville près de Pakenham, continuerait par le sud-est, passant très près de Stittsville, où serait située une station de pompage importante. Toujours en allant vers le sud-est, elle traverserait ensuite la route 416, et quitterait enfin les frontières par la rivière Rideau en allant vers Kemptville.

Près de la totalité des pipelines de ce niveau ont déjà fuite à un moment donné. Pour l’Alberta seulement, il se produit plus de 700 fuites chaque année, et le nombre de fuites reportées s’est accru. Le récent désastre au Lac Mégantic a mis en lumière le risque du transport de pétrole à côté ou à travers des quartiers et écosystèmes sensibles.

Alors que les compagnies pétrolières prétendent que les pipelines sont plus sûres que les wagons pour le transport, le pipeline d’Energie Est impliquerait davantage de transport par train de ces produits chimiques, car il nécessiterait le transport d’importantes quantités d’hydrocarbures hautement volatiles jusqu’en Alberta. Ces « diluants » demanderaient d’avoir assez de liquide bitumineux lourd pour circuler dans la pipeline.

Energie Est deviendrait le plus grande pipeline de sables bitumineux de l’Amérique du Nord. La production de sables bitumineux augmenterait de presque 50% – comme si on ajoutait 7 millions de voitures en plus aux autoroutes canadiennes. Une telle augmentation annulerait toutes les réductions des émissions de gaz à effet de serre permis par la fermeture des centrales de charbon de l’Ontario.

Interrogez les candidats

Le pipeline Energie Est est un problème d’ordre municipal. Ecologie Ottawa souhaiterait que tous les candidats s’opposent fermement à ce projet et que le candidat élu s’assure que la ville évalue en profondeur les risques et qu’il s’exprime publiquement devant les commissions fédérales. A vous de demander à votre candidat son avis sur le pipeline. Ecologie Ottawa a demandé à tous les candidats au conseil municipal de répondre à 3 questions quant à leur position sur cette proposition, le tout faisant parti d’une enquête générale pour les élections municipales d’Octobre. Les voici ci-dessous :

  1. Pensez-vous que la ville d’Ottawa devrait mener une évaluation indépendante et profonde des risques et des coûts que le pipeline infligera à la santé les communautés et de l’eau de la ville d’Ottawa ?
  2. Vous opposeriez-vous au pipeline d’Energie Est s’il était démontré qu’il constitue une menace à la santé de l’eau, du climat et des communautés d’Ottawa ?
  3. Le conseil municipal d’Ottawa devrait-il revoir l’examen de l’Office National de l’Energie pour s’assurer que les intérêts des habitants d’Ottawa soient bien représentés ?

Les réponses seront disponibles sur notre site dès le mois d’octobre.

%d blogueurs aiment ce contenu :