Ville Active

 

La Ville Active est une vision d’Ottawa où des quartiers vivants et animés sont reliés par des transports en commun de classe mondiale; où les rues de la ville sont ouvertes aux personnes de tous âges, aux besoins et aux capacités des utilisateurs; et où notre réseau de transport répond aux besoins des gens – et pas seulement des voitures – pour se déplacer efficacement et en toute sécurité.

PRIORITÉS CLÉS

* AUGMENTER LE FINANCEMENT PROVINCIAL ET FÉDÉRAL POUR L’INFRASTRUCTURE CYCLISTE ET PIÉTONNE

* PROMOUVOIR LES COMMUNAUTÉS DE CYCLISME ET DE MARCHE ET METTRE EN ŒUVRE LA NOUVELLE POLITIQUE SUR LES RUES CONVIVIALES

* FINANCEMENT PROVINCIAL ET FÉDÉRAL SECURISÉ POUR LE TRAIN LÉGER SUR RAIL

Pourquoi nous avons besoin de la Ville Active

Les décisions en matière de transport sont essentielles pour la santé, la vitalité et la viabilité de nos collectivités et de notre environnement. Pendant des décennies, les villes nord-américaines ont été conçues dans le but principal de conduire des voitures à partir et vers différents points, le plus rapidement possible. Cela a entraîné des communautés isolées, une perte de précieux espaces verts, des niveaux croissants de congestion et de pollution atmosphérique, des niveaux d’activité physique moins élevés, des problèmes de financement pour les transports en commun et des menaces pour la sécurité et l’accessibilité des piétons et des cyclistes. Cela a également contribué à la crise climatique en privilégiant le transport automobile dans la routine quotidienne de tous les résidents de la ville.

Les mauvais choix de transport peuvent limiter les options d’une ville et entraîner des problèmes à long terme. Plus nous concevons des communautés tentaculaires centrées sur la voiture, plus nous rendons le transport inabordable et la marche ou le vélo dangereux. Parce que les gens sont plus réticents à utiliser le transport actif lorsque les options à leur disposition sont dangereuses ou incommodes, les niveaux de congestion continuent d’augmenter à mesure que les gens s’accrochent à leur voiture. Les nouvelles routes et les nouvelles voies sont considérées comme une solution possible à la congestion, mais si elles sont conçues principalement pour les voitures, elles peuvent aggraver le problème qu’elles étaient destinées à résoudre. Les nouvelles routes sont rapidement remplies par les voitures et les autres modes de transport restent inaccessibles. En fin de compte, nous sommes coincés avec plus de voitures et plus de demande pour l’infrastructure automobile que lorsque nous avons commencé.

Le programme Ville Active vise à mettre en place un nouveau cheminement. Il s’agit de travailler avec ce qu’Ottawa a déjà: un réseau de pistes cyclables à l’échelle de la ville, un réseau de transport robuste et des collectivités fortes qui ont accès aux commodités et aux espaces verts, et de faire des progrès durables dans notre ville. Il s’agit de revitaliser nos collectivités en les rendant plus sécuritaires et pratiques pour les personnes de tous âges. Il s’agit de donner aux gens la liberté de choisir des options de transport qui sont favorables à leur santé physique et mentale tout en améliorant le dynamisme de la vie communautaire. Et il s’agit d’agir simultanément sur les enjeux du changement climatique, de la pollution et de la protection des espaces verts grâce à des changements positifs et concrets.

Le contexte

La campagne Ville Active d’Ecologie Ottawa s’appuie sur l’élan politique que nous avons vu ces dernières années à l’hôtel de ville. En 2013, la Ville d’Ottawa a adopté une politique sur les rues conviviales, suivie d’un cadre de mise en œuvre en 2015. Essentiellement, la Ville a accepté de considérer la construction et la reconstruction des rues dans une optique de «rues conviviales» plutôt que d’y voir des routes. En tant que voies d’accès pour les voitures personnelles, les ingénieurs de la ville s’assureront qu’elles sont conçues pour tous les utilisateurs, les âges et les capacités.

La Ville d’Ottawa est également en train de construire un réseau complet de train léger sur rail (TLR) qui augmenterait considérablement la capacité de transport public de la ville tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre des autobus et des voitures. L’étape 1 du plan, dont l’achèvement est prévu pour la fin de 2018, est actuellement en cours. L’étape 2, qui étendrait le TLR aux extrémités ouest, est et sud de la ville d’ici 2023, a été acceptée en principe par les trois niveaux de gouvernement et devrait aller de l’avant. L’étape 3, qui s’étend jusqu’à Kanata, est le prochain grand défi sur la table.

La Ville s’est également engagée dans deux plans qui pourraient rendre le transport actif plus sécuritaire et plus pratique. Le Plan d’infrastructures cyclables et le Plan d’infrastructures piétonnes pourraient avoir un impact transformateur sur la ville et laisser un héritage durable aux générations actuelles et futures. Cependant, leur financement est actuellement étalé et retardé sur 15 ans. Des fonds supplémentaires pourraient accélérer les investissements dans les infrastructures, comme les pistes cyclables, les allées piétonnes, la signalisation, les passages pour piétons et les mesures d’intégration au transport en commun. La Ville a fait de son mieux pour identifier les projets prioritaires. Notre rôle consiste à accroître l’ambition afin qu’Ottawa puisse occuper une position de chef de file en matière de transport actif et s’éloigner d’un modèle de planification désuet axé principalement sur la voiture.

%d blogueurs aiment ce contenu :