En savoir plus

Signez la pétition Passez à l'action 613 sans bitume La campagne du Huard Learn More
Tracé Énergie Est

Nous avons fairt nos recherches, et c’est pourquoi nous sommes opposés à l’oléoduc Énergie Est.

Ce ne serait pas un oléoduc ordinaire. Pompant plus de 130 millions de litres de pétrole chaque jour, l’oléoduc serait le plus long jamais proposé au Canada.

Les risques de l’oléoduc

La majeure partie de ce pétrole sera du pétrole de sable bitumineux dilué (dilbit). Nous savons que si jamais une fuite arrive, ce serait dévastateur pour les habitants de la région, pour les cours d’eau et pour les entreprises.

En 2010, les personnes habitant près de la rivière Kalamazoo dans le Michigan ont été surpris par une fuite de 3.3 millions de litres qui ont coulé directement dans la rivière. Les habitants ont dû être évacués, la rivière a été barrée et les entreprises fermées.

L’Agence de Protection Environnementale des États-Unis a aussi découvert quelque chose de surprenant :le dilbit coule dans l’eau. Ou plutôt, le diluant se sépare du bitume et le bitume coule.

C’est pourquoi aujourd’hui, près de quatre ans plus tard, près de 700 000 litres de pétrole se trouvent toujours au fond de la rivière. Et cela, après que le gouvernement ait ordonné à l’entreprise de nettoyer entièrement la fuite et après que 1,000,000,000$ aient été dépensés à essayer de la nettoyer.

TransCanada a également affirmé que la construction de l’oléoduc serait plus sûre que de transporter le pétrole par train. Nos travaux de recherches ont permis de découvrir que construire cet oléoduc conduira é une augmentation massive du transport par train d’hydrocarbones légers hautement inflammables.

C’est pourquoi nous pensons que cet oléoduc est fondamentalement trop risqué pour Ottawa ou n’importe quelle autre communauté le long du trajet de 4500 km.

Risques Climatiques

Climate Implications of the Proposed Energy East Pipeline - A report by the Pembina Institute

Climate Implications of the Proposed Energy East Pipeline – A report by the Pembina Institute

Même s’il existait une garantie que l’oléoduc ne produise jamais de fuite, ce qui est impossible, nous continuerions de penser que cet oléoduc est une mauvaise idée.

En 2014, le panel intergouvernemental sur les changements climatiques a fait paraitre un rapport, compilé par 772 scientifiques au cours des dernières années, détaillant les impacts que le changement climatique pourrait avoir partout dans le monde sauf si nous agissons immédiatement.

Le Canada est actuellement en train d’ignorer les conseils des scientifiques et des autres pays à travers le monde en n’agissant pas pour arrêter le changement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les sables bitumineux sont déjà la source d’émissions polluantes qui grandit le plus vite au Canada et cet oléoduc ne ferait qu’accélérer la production de sables bitumineux.

Cet oléoduc permettrait à la production de sables bitumineux d’augmenter de plus de 30 millions de tonnes les émissions polluantes chaque année, l’équivalent d’ajouter sept millions de voitures sur les routes.

Si en tant que pays, nous voulons être sérieux à propos du développement responsable, nous devrions plutôt investir dans le renouvelable qui ne met pas en danger la santé des générations futures pour les profits d’aujourd’hui.

Risques économiques

TransCanada a argumenté que son projet devrait aller plus loin parce qu’il crée des emplois et aide l’économie canadienne. Nous pensons que ce sont des mythes.

Alors que l’oléoduc créerait indubitablement des emplois lors de sa construction, un rapport indépendant commissionné par TransCanada déclare que l’oléoduc une fois construit n’emploierait que 25 personnes aux bureaux de TransCanada à Calgary.

Cela semble bien dérisoire pour un projet de 12 milliards de dollars. En fait, on estime que si autant d’argent était investi dans les énergies renouvelables, des milliers d’emplois à long terme seraient créés.

De plus, le monde s’éloigne de plus en plus des investissements dans les combustibles fossiles. L’institut Bloomberg rapporte que d’ici 2030, la croissance des combustibles fossiles sera arrêtée (et cela devrait se passer en 2020 selon la science).

En 2011, les investissements dans les énergies renouvelables ont dépassé les investissements dans les énergies fossiles, une tendance qui va certainement continuer.

Alors que les pays autour du monde commencent à agir contre les changements climatiques, nous pourrions voir une augmentation globale des régulations sur la production des combustibles fossiles. Récemment, l‘Agence Internationale de l’Énergie a annoncé que plus de 75% des réserves de combustibles fossiles du Canada devraient être laissées dans le sol pour maintenir le réchauffement planétaire sous 2 degrés Celsius.

Cela signifie que nombre de nos investissements dans le développement des sables bitumineux sont plutôt à court terme puisque une majorité ne devrait jamais être légalement développée.

Cet oléoduc n’est rien d’autre que des risques pour notre ville, notre climat et notre économie

Plus d’information

  • Our Guide to the Energy East Pipeline

    Our Guide to the Energy East Pipeline

    Lisez notre fiche d’informations de deux pages pour un accès rapide aux faits à propos de l’oléoduc.

  • Pour plus d’informations, consultez notre guide pour comprendre l’oléoduc.

 

613 Sans Bitumes

%d blogueurs aiment ce contenu :