Ma première manifestation est pour le climat !

J’ai récemment participé à ma toute première manifestation.

Étant le défenseur du climat incroyablement « vert » que je suis, je dois la plupart de mes représentations de manifestations à la télévision et aux films. En marchant sur la colline du Parlement le vendredi 15 Mars pour la mobilisation pour le climat, je me suis donc senti assez nerveux, pour être honnête. 

« À quoi ça va ressembler ? Ma pancarte est-elle assez drôle ? Et qu’est-ce que je dois faire avec mes mains ? »

Heureusement, la torture n’a pas été très longue. À l’approche des grilles du Parlement, nous avons rencontré une foule de jeunes défenseurs du climat et étudiants marchant vers la colline. Leurs chants ont envahi mes oreilles et leurs sourires m’ont enveloppé. Je me suis figé, soudain pris dans la vague de passion et cris pour la justice sociale, pour l’action climatique imminente. Je ne savais pas quoi faire … attendre poliment à la fin de la file ? Espérer une ouverture dans la marche ? Je ne pensais pas être le type de personne à « descendre dans les rues ». Je n’étais pas certain de savoir pourquoi j’étais là. Parce que j’étais invité, je suppose. Je suis venu pour le travail. Mais il y avait quelque chose d’autre. J’étais frustré du statu quo et du manque d’action pour le climat et, étant donné l’opportunité de m’exprimer, j’ai sauté sur l’occasion.

En regardant autour de moi, je me suis rendu compte que mes collègues disparaissaient dans la foule. N’ayant d’autre choix, j’ai plongé à leur poursuite par peur de me retrouver seul. 

J’étais un visage dans une marée humaine. J’ai pris place dans la marche, les chants m’entourant graduellement et ont calmé ma nervosité. J’ai souri lorsque nous avons atteint le Parlement. Au niveau de la Flamme du centenaire, je me suis donné à la foule. 

Quelle émotion! J’avais une vague idée de ce je verrai dans une manifestation, mais je n’étais pas préparé pour ce que je sentirais. Je plaisantais quelques heures avant avec mes collègues, en disant que je me perdrais dans un rituel bacchique et extatique digne du Dieu lui-même. Je ne savais pas à quel point j’avais raison. 

J’ai donc marché, encouragé par ce défilé. J’ai pris part aux chants et ai partagé ma joie. « Il y avait quelque chose dans l’air ».Nous étions tous là, ensemble, participant à un acte collectif vers un objectif commun. C’était extraordinaire. J’en étais presque aux larmes, devant cette beauté, mais rapidement j’ai repris mes esprit et j’ai laissé coulé une seule fière larme le long de ma joue. Je souriais bêtement, toujours incertain de ce que je devais faire avec mes mains. 

Tout est arrivé tellement vite ! Quelques secondes après avoir rencontré la foule, j’en faisais déjà partie. Et quelques secondes après ça, j’en étais presque à la tête !

En peu de temps, nous étions à l’édifice du Centre, où nous avons rejoint nos partenaires Québécois, qui eux avaient déjà commencé la manifestation de l’autre coté de la rivière. Les voir m’a rempli de joie. À la rencontre de nos deux groupes, ce fut une réunion : nous nous sommes salués comme de vieux amis. 

Je savais que ce sentiment ne durerait pas longtemps. Je suis resté immobile, en regardant en haut vers la Tour de la Paix, mes esprits sont retombés sur la neige. L’extase de la marche s’estompa, et en reprenant mes esprits, je devins triste. Mais cette expérience déclencha quelque chose en moi, comme l’éclairage d’un flambeau. Un flambeau d’espoir, de passion, de quelque chose qui me forcera à continuer la lutte pour les droits et valeurs qui me sont chers. Un flambeau qui brûle assez fort pour une centaine d’années.

Quelle expérience. 

Je disais plus tôt que je suis allé à la manifestation parce que j’étais invité, mais ce n’était pas juste pour être poli – l’invitation m’a ouvert à un monde que je cherchais mais ne savais où trouver. J’ai appris que ce n’était pas «toute une histoire» de participer à une manifestation politique et pratiquer mon devoir civique. Arrêter de m’inquiéter était la première difficulté. Il ne faut pas trop y réfléchir. Juste se lancer. 

Erik Pervin est le nouveau responsable du développement à Écologie Ottawa. Vous aurez plus d’informations de sa part à propos des collectes de fonds. Quand il n’est pas à nos bureaux, Erik fait de la randonnée, du vélo, et de l’escalade dans la région d’Ottawa.


Soirée film et réseautage sur le climat


Venez visionner le film un Paradis en Péril et discuter de changement climatique! Notre événement est suivi par le FestiSlam d’Ottawa.

Au programme pour la soirée:

18h-18h45: Projection vidéo de un Paradis en Péril. Accompagné d’une levée de fonds chocolat chaud et pâtisserie pour le FestiSlam d’Ottawa. Voilà une occasion parfaite pour discuter d’actualités sur le changement climatique avec les francophones de votre communauté. Cette avant-partie est gratuite.

19h00- 20h30: Prestations et spectacles de jeunes finalistes du FestiSLAM (un concours de poésie sur le changement climatique). Prestation de Wise Atangana, un artiste musicien poète originaire du Cameroun basé à Ottawa. Cette partie a un cout de 10$.

Où:

Collège catholique Samuel-Genest

704 Carsons Road

Ottawa, ON K1K 2H3

* À noter que ceci est un événement francophone

Pour vous inscrire au visionnement gratuit cliquez ici

Pour vous procurer des billets pour le FestiSlam cliquez ici

Il est temps pour OC Transpo de passer à l’électrique

Button_English version

Écologie Ottawa s’associe avec Healthy Transportation Coalition et le Conseil du Véhicule Électrique d’Ottawa dans le lancement d’une campagne qui a pour but de rapidement rendre le parc de bus d’Ottawa électrique.

Dans le monde entier et à travers le Canada, les villes intensifient le combat contre le changement climatique en mettant en place des bus électriques. En quelques années seulement, le parc de bus d’Ottawa pourrait devenir totalement électrique. En plus d’aider dans la lutte contre le changement climatique, une telle mesure pourrait aussi faire économiser de l’argent à la ville tout en rendant les bus d’OC Transpo plus propres, plus silencieux et plus fiables. Cela voudrait dire un air plus respirable et un meilleur service pour les habitants de notre ville.

Des villes pionnières telles que Toronto, Montréal, Laval, Edmonton et Vancouver sont déjà à l’avant-garde de cette initiative. Faisons en sorte que OC Transpo et la Ville d’Ottawa suivent le mouvement !

Nous demandons au Conseil Municipal d’Ottawa de :

  • Lancer un bus électrique d’essai en 2020
  • Introduire des bus électriques en liaison régulière d’ici 2021
  • Acquérir uniquement des bus électriques à partir de 2024
  • Mettre en place un parc de bus 100% électriques d’ici 2035

SIGNEZ NOTRE E-BUS PÉTITION AUJOURD’HUI !

L’expansion de l’Étape 2 du TLR chiffrée à 4,66 milliards de $ annonce de nombreux amendements positifs au Budget 2019

Button_English version

Le Conseil Municipal d’Ottawa s’est réuni pour une réunion de 7 heures le 6 mars durant laquelle il a adopté des dépenses de plus de 9 milliards de $ pour l’Étape 2 du TLR et le budget 2019. Notre bénévole de l’équipe de Surveillance du Conseil a assisté à la réunion et nous a transmis les principales discussions et votes.

Un des principaux sujet de discussion à l’ordre du jour fut l’approbation de l’expansion de l’Étape 2 du TLR chiffrée à 4,66 milliards de $. Même s’il semble simple d’aller dans la direction d’une ville plus durable et plus équitable en approuvant l’expansion du train léger, beaucoup de préoccupations ont été soulevées par les conseillers lors des débats.

La Conseillère Catherine McKenney a demandé le report de la décision d’approbation de l’expansion de l’Étape 2 du TLR à la réunion du Conseil du 27 mars. Les Conseillers Jeff Leiper, Shawn Menard, Carol Anne Meehan et Rick Chiarelli se sont dits préoccupés par le manque d’information ou de consultation du public, et par le fait que le Conseil ait eu seulement 12 jours pour décider d’un projet dont la portée et le prix ont beaucoup changé. Les Conseillers qui supportaient cette motion ne voulaient pas retarder le contrat, mais plutôt reporter le vote sur l’expansion au Conseil du 27 mars afin que les Conseillers aient plus de temps pour examiner le rapport et répondre aux questions du public.

Cependant, le personnel municipal et des conseillers juridiques de l’extérieur ont continué à conseiller de ne pas reporter le projet en citant, entre autres, la nécessité de rédiger un contrat et d’obtenir l’approbation des gouvernements fédéral et provincial, et la perte de pouvoir de négociations avec les soumissionnaires retenus. Bien que le Conseiller Leiper ait mentionné le manque d’appui de la collectivité à l’égard des nombreux changements apportés au projet, et que les Conseillères Carol Anne Meehan et Diane Deans aient remis en question le processus qui a mené au court délai de prise de décision, le personnel a continué de laisser entendre que retarder le vote signifierait faire « plonger la ville dans le chaos ». Le Conseiller Stephan Blais a même ajouté: « reporter la décision signifie tuer le projet ». La motion a finalement été rejetée à 16/6: les six Conseillers ayant voté pour étant McKenney, Leiper, Chiarelli, Meehan, Deans et Menard.

En ce qui concerne le vote sur l’approbation du contrat du TLR lui-même, le Conseil Municipal a longuement questionné le personnel municipal et les conseillers juridiques. Parmi les préoccupations, il faut mentionner SNC-Lavalin -l’un des soumissionnaires retenus-, l’augmentation du prix, la fermeture prolongée de la ligne Trilium etc. La Conseillère Deans a particulièrement insisté à déterminer si les trois soumissionnaires retenus avaient obtenu une note technique supérieure au seuil de 70% dans leur évaluation. Le personnel à refusé de divulguer des renseignements sur le processus, ou sur les résultats de l’évaluation. Cela a amené Deans et beaucoup d’autres Conseillers à penser que SNC-Lavalin n’avait pas atteint le seuil de 70%, ce qui a eu une forte influence sur leurs votes.

Finalement, le Maire Watson et la Conseillère Harder ont exhorté l’ensemble du Conseil Municipal à faire acte de foi et à voter en faveur de l’expansion de l’Étape 2 du TLR, en accusant chaque personne ayant voté « non » d’être contre le TLR. Entre-temps, les Conseillères Meehan et Deans ont invoqué le droit des Conseillers de poser des questions et d’exiger la transparence afin de prendre une décision réfléchie. Elles ont affirmé être en faveur du TLR mais s’inquiétaient du processus d’approbation et de construction de ce-dernier. Les Conseillers McKenney et Leiper hésitaient tous deux à voter « oui », alors que Leiper a dit pour la première fois qu’il votait sans connaître tous les faits.

La motion d’approbation de l’expansion de l’Étape 2 du TLR a été adoptée avec 19 voix contre trois. Les 3 Conseillers ayant voté contre étant Menard, Deans et Chiarelli.

Le budget 2019 a été adopté à l’unanimité, mais avec plusieurs amendements positifs. La Conseillère McKenney était chargé de présenter une motion demandant au Conseil d’approuver l’affectation de 60 000$ de fonds aux inventaires annuels des émissions de gaz à effet de serre des communautés et des entreprises, pour compléter l’aide des dividendes d’Hydro One. Cette motion, appuyée par le Conseiller Brockington, réitère la nécessité de prendre les changements climatiques au sérieux, en commençant par suivre nos progrès. Avec très peu de questions, le Conseil a fait un pas dans la bonne direction en adoptant cette motion.

McKenney et Leiper ont également proposé de financer et de soutenir le Plan de Gestion des Forêts Urbaines, le plaçant comme une priorité du Conseil. Fleury et Harder ont annoncé qu’ils acceptaient et soutenaient cette motion qui fut d’ailleurs adoptée.

Bien qu’il y eu beaucoup de discussions sur le budget des transports, il y en eu aussi beaucoup sur l’entretient hivernal et le défrichement des trottoirs. La Conseillère Harder s’est dit préoccupée par la sécurité publique dans les banlieues et a appuyé l’étude sur le renouvellement du défrichage des trottoirs à venir. La Conseillère Theresa Kavanagh a expliqué l’importance d’avoir des trottoirs bien entretenus en hiver en approuvant la nouvelle expansion du TLR, et en accordant la priorité à l’accessibilité des piétons aux stations de transport en commun. Bien que Meehan ait convenu qu’il fallait améliorer le défrichage et l’entretien des trottoirs, elle a suggéré que les fonds utilisés pour l’étude soient plutôt affectés à l’entretien réel des trottoirs.

Enfin, la Conseillère Kavanagh a proposé de geler les tarifs pour l’Equipass, le pass communauté et le pass access, grâce au financement provenant des revenus d’investissement de la FEDCO. Avec l’accord des membre du Conseil, cette motion a été adoptée.

Forum Francophone à la Cabane à Sucre

Assistez à notre deuxième édition de notre forum francophone! 

Apprenez à rassemblez les francophones dans vos communautés et célébrez le temps des sucres tout à la fois.

Vous souciez vous de votre parc? Ou avez vous des idées d’evenements pour vos communautés franco-ontarienne et vos parcs? Cherchez vous à rencontrer des gens pour lancer vos idéés?

Le forum est une occasion parfaite pour créer des résaux, trouver du soutien et de renforcir vos capacités d’organisateur(rice) – tout en dégustant des bonnes crèpes au sirop dérable!

Nous aurons des conférenciers et divers outils pour discuter de la manière d’organiser des activités et de mobiliser vos quartiers.

Tout les participants serons invité pour un festin gratuit à la cabane à sucre pour diné. 

N’oubliez pas de confirmer votre présence et informez vos amis et votre famille de nos événements à venir.

____________________________________________________________________________________________
Où: Muséoparc Vanier – 300 Pères-Blancs Ave, Vanier, ON K1L 7L5

Quand: 17 Mars 2019 @ 10h30 – 14h

Nous allons facilité le forum dans le Muséoparc et par la suite nous dirigez en groupe vers la cabane à sucre.

Gratuit et ouvert à tous.

Cliquez ici pour réserver votre place

Cliquez ici pour découvrir d’autres moyens de soutenir la famille d’Ecologie Ottawa!

IMG_1087 (1)

Marche Guidée à la Tourbière Mer Bleue

Marche Guidée en Foret

Marche guidée en Foret en Francais!

Cette activitée est gratuite et ouverte à tous. Les enfants et famille sont bienvenues! Nous allons explorer la tourbière Mer-Bleue pour encourager les communautés francophones à apprécier une journée en plein-air tout dans le cadre du mois de la francophonie.

Collations et brevages inclus – apportez vos contenants

Òu: Le sentier de la toubière Mer-Bleue (Ridge Road) stationnement P22

Quand: Dimanche 3 mars, 14 h

Nous offrons une navette gratuite à partir du Loblaws Elmvale à 13h30. Pour reservez votre place sur la navetter, appellez May Turcot au 613-699-6111

Pour vous enregistrer suivez ce lien

Génération Climat : évènement de lancement des Jeunes Ambassadeurs du Climat !

Button_English version

L’événement de lancement du programme Jeunes Ambassadeurs du Climat d’Écologie Ottawa aura lieu le 27 mars à 19h00 avec « Génération Climat » au Centre Shaw ! Rejoignez-nous pour une soirée de connection et de mobilisation avec des collations et des personnes inspirantes qui parleront de leurs expériences dans la lutte contre le changement climatique à Ottawa en tant que jeunes.

Nous espérons que des personnes tous âges quitteront cet évènement avec la motivation de s’engager dans la lutte contre le changement climatique dans notre ville.

Cliquez ici pour vous inscrire à Génération Climat : évènement de lancement des Jeunes Ambassadeurs du Climat

Candidatez pour devenir un Jeune Ambassadeur du Climat aujourd’hui !

Budget prévisionnel 2019 – Qu’en est-il pour l’environnement à Ottawa?

Le mercredi 6 février, le Maire Jim Watson a présenté le budget prévisionnel de la ville pour 2019.

Ce budget est lié aux trois grandes campagnes d’Écologie Ottawa:

  • Ville Vivante, notre campagne qui protège et améliore les arbres, l’eau et les espaces verts d’Ottawa
  • Ville Renouvelable, notre campagne à propos du changement climatique et de la politique énergétique
  • Ville Active, notre programme qui vise des transports durables

Ci-dessous vous trouverez un résumé des points clés affectant chacune de nos campagnes, suivi d’une analyse. Notez bien que ces analyses sont préliminaires. Dans les semaines qui vont suivre, les membres et les bénévoles d’Écologie Ottawa iront posé des questions aux Conseillers et aux employés municipaux pour éclaircir les points suivants. Nous publierons une analyse finale du budget, une fois sa version définitive adoptée le 6 mars.

En ce qui concerne la Ville Vivante, le budget prévisionnel 2019 comprend:

  • 1.5 millions de $ pour planter 500,000 arbres. C’est une point classique qui était déjà présent dans les budgets précédents. Nous sommes heureux de voir que la ville continue d’investir dans la couverture forestière.
  • Pas d’argent affecté au développement des infrastructures vertes. Nous avions demandé à la ville de dépasser la phase pilote et de mettre en place des infrastructures vertes à grande échelle. Nous n’avons pas pu identifier un point autonome sur les infrastructures vertes dans le budget de la ville.
  • Des questions sans réponses concernant la mise en place d’un Plan de Gestion des Forêts Urbaines. La Ville a travaillé dur pour développer un Plan de Gestion des Forêts Urbaines complet. Nous avions félicité la Ville pour son plan ambitieux et bien conçu. Cependant, ce plan nécessite des fonds pour mener à bien ses actions. Nous n’avons pas pu identifier de financement dans le budget.
  • Des questions sans réponses concernant le financement de l’achat d’espaces naturels. Au cours des dernières années, la ville a dépensé plus de 800,000 $ pour l’achat de zones naturelles à des fins de préservation. Nous n’avons pas pu identifier un point autonome sur la protection des zones naturelles dans le budget de cette année.

En ce qui concerne la Ville Renouvelable, le budget prévisionnel 2019 comprend:

  • 150,000 $ pour Évolution Énergétique. Ce montant est inférieur au total de 500 000 $ de l’année dernière. La documentation de la Ville indique que cet argent sert à la planification et à la mise en œuvre d’Évolution Énergétique. Il est difficile de savoir si ce montant est suffisant pour mettre en œuvre toutes les actions de la phase 1 et initier les points clés de la phase 2.
  • Aucune mention d’investissements dans une infrastructure des véhicules électriques. Bien que nous nous attendions à ce que l’infrastructure des véhicules électriques soit intégrée dans un certain nombre d’éléments, nous voyons que la Ville ne dédie aucun fonds destiné à soutenir et à renforcer la mise à jour croissante des véhicules électriques dans toute la ville.
  • Aucune mention d’un plan de résilience climatique. Nous restons optimistes sur le fait que ce Conseil Municipal élaborera et mettra en œuvre un plan de résilience climatique. Malheureusement, il n’y a pas de financement pour les travaux à entreprendre dans le cadre de ce plan en 2019.
  • Augmentation de 2 millions de $ pour le rendement énergétique de la Ville, et pour la conservation, la rénovation et la modernisation du système d’automatisation de bâtiment des installations de la Ville. C’est une excellente nouvelle et cela amène à à 3 millions de $ le montant total des investissements de la ville dans ce domaine en 2019. Ces projets sont des investissements significatifs qui, dans de nombreux cas, permettront d’économiser de l’argent.
  • Statut incertain sur le point «Parc Vert». Dans les budgets précédents, la Ville avait consacré 500,000 $ à la conversion de son parc à une basse émission -voire une émission zéro. Nous n’avons pas pu identifier le point «Plotte Vert» dans le budget 2019 et nous sommes inquiets de l’annulation de ce programme.

En ce qui concerne la Ville Active, le budget prévisionnel 2019 comprend:

  • Presque 90 millions de $ pour « améliorer les activités des transports en commun ». Cet argent sert principalement au remplacement d’anciens autobus et à la rénovation d’autobus existants. Une plus petite partie (7,8 millions de $) ira à l’achat de 12 nouveaux autobus et à l’extension du service d’autobus. Nous sommes heureux de voir des investissements dans les transports en commun. Cependant, Ottawa doit être beaucoup plus ambitieuse dans ses dépenses en transport en commun si elle cherche à réduire de manière drastique les émissions provenant des transports. De plus, il n’est pas certain que les 12 nouveaux bus seront électriques.
  • Poursuite d’EquiPass, le programme de tarif des transports en commun pour les résidents à faible revenu. Nous sommes heureux de voir la ville continuer à investir dans ce domaine.
  • Augmentation des tarifs EquiPass, du forfait mensuel adulte et de l’aller simple. Ce budget fera augmenter l’EquiPass de 2,6%, le forfait mensuel adulte de 2,6% et l’aller simple de 2,9%. Ces hausses de prix sont bien supérieures au taux d’inflation (environ 1,7%). C’est décevant; la ville devrait geler ou réduire les tarifs plutôt que de les augmenter.
  • Les tarifs de stationnement restent gelés. Alors que les tarifs des transports en commun continuent à augmenter, les tarifs de stationnement-horaires dans les rues et hors voirie restent stables dans le budget de cette année. La facilitation de l’utilisation des voitures continue d’empêcher la ville d’encourager le passage à des modes de transport plus durables.
  • 7,1 millions de $ accordés aux Plans sur le Cyclisme et de la Circulation Piétonnière. Il s’agit d’une forte baisse par rapport au financement annuel moyen au cours du dernier mandat du Conseil. Par exemple, au cours de la période 2015-2018, la Ville a dépensé en moyenne plus de 20 millions de $ par an dans ce domaine.
  • 22,9 millions de $ pour élargir le réseau routier de Strandherd Dr. Le développement continu du réseau routier d’Ottawa crée de sérieux défis pour les budgets futurs, en terme d’entretient, de nettoyage et de gestion engendré par la demande de véhicules supplémentaires. Il n’y a pas de preuves que l’élargissement des routes évite les embouteillages. La ville n’a pas clairement expliqué la raison de cet investissement massif, et il est clair que cet argent pourrait être mieux utilisé ailleurs (par exemple, infrastructures de transport en commun, d’infrastructures pour piétons et/ou cyclistes).
  • 1,6 millions de $ accordés au Programme de Mesures Temporaires de Modération de la Circulation, avec 50,000$ pour chaque Conseiller mettant en place des initiatives dans son Quartier. C’est une légère augmentation par rapport à l’allocation précédente de 40 000 dollars des conseillers. C’est un changement positif.
  • 500,000$ pour le Programme des Passages pour Piétons. Nous sommes heureux de voir la Ville investir dans ce domaine. Cela semble être un nouveau point de campagne autonome.
  • Vision Zéro. Nous restons optimistes sur le fait que le Conseil Municipal élaborera et mettra en œuvre une stratégie Vision Zéro visant à éliminer les décès et les blessures graves dans les rues d’Ottawa. Bien qu’il n’y ait pas de point spécifique pour cette initiative de politique, elle pourrait être mise en œuvre à travers d’autres éléments de ligne. Nous chercherons à clarifier cela.


MATINÉE D’ENTAILLAGE À L’ÉRABLIÈRE DU MUSÉOPARC VANIER

Venez apprendre à récolter de l’eau d’érable!

C’est bientôt le temps des sucres! Le MuséoParc Vanier cherche des bénévoles pour aider a entailler ses érables. Un petit-déjeuner traditionnel de crêpes et une soupe chaude seront offerts à tous les participants.

Cette activité est gratuite et encourage la participation de tout âges.

Rendez-vous au MuséoParc Vanier (320 Avenue de Peres-Blancs)

Dès 8h30 – Samedi le 16 Fevrier 2019

Cliquez ici pour reserver votre place

Pour plus d’info: lesamisdesparcs@ecologyottawa.ca · 613-860-5353

LE CONTEUR DU PARC RICHELIEU-VANIER

En célébration du mois de la Francophonie, nous vous invitons à venir explorer le Parc Richelieu-Vanier en compagnie d’un conteur pour une avant-midi d’animation éducative en milieu plein-air. Chocolat chaud inclus! 

Où: Départ de la bibliothèque Vanier – 310 Avenue des Peres-Blancs

Quand: 10h30am

Langue: Francais

Gratuit

Cliquez ici pour réservez votre place