Une journée décevante pour la sécurité des transports à Ottawa

Même après qu’un cycliste ait été tué à l’extérieur de l’hôtel de ville le 16 mai et que plus de 200 personnes se soient rassemblées à l’extérieur de l’hôtel de ville quelques jours plus tard pour réclamer des rues plus sûres, cela n’a pas suffit pour que les conseillers adoptent une position et une politique Vision zéro.

Le 12 juin, le Conseil municipal a discuté de la motion présentée par la conseillère Catherine Mckenney, le 22 mai, demandant à la Ville d’adopter la politique et le cadre de Vision Zéro pour éliminer tous les décès et blessures graves liés à la circulation tout en favorisant la sécurité, un transport sain et équitable. La motion demande au personnel de faire des rapports contenant des recommandations pour le Plan d’action sur la sécurité routière en ce qui concerne les feux de circulation, en accordant la priorité aux usagers de la route vulnérables, des options pour éliminer les « revert reds », des critères pour éliminer les « beg buttons » ainsi que les virages à droite lorsque les feux sont rouges en présence de pistes cyclables, l’identification de pistes cyclables risquées et des critères pour les transformer en pistes cyclables séparées sûres, et examiner les exigences et les coûts pour imposer une limite de vitesse de 30 km/h à l’échelle de la ville dans les rues résidentielles.

La résistance de certains conseillers était préoccupante. Le conseiller Stephen Blais, également président du Comité des transports, s’est opposé et a proposé de renvoyer la motion au Comité des transports. La question générale portait sur la raison pour laquelle Ottawa a besoin de Vision zéro si la sécurité routière est déjà à l’ordre du jour. John Manconi, directeur général des Services de transport, a demandé au conseil de renvoyer la motion, le rassurant en soulignant que le personnel appuie déjà Vision Zero, et que le renvoi au comité donnera au personnel plus de temps pour trouver des fonds pour mettre en oeuvre les mesures proposées dans la motion. Il a réitéré que « Vision Zéro n’est qu’une image de marque. »

Le conseiller Leiper a rappelé à son collègue le décès survenu à l’extérieur de l’hôtel de ville, ainsi que les deux autres cyclistes frappés par des voitures ce matin-là, et il a demandé une orientation claire quant à ce que nous voulons voir dans le Plan d’action pour la sécurité routière. Le conseiller Menard a souligné que si la motion est renvoyée, cela retardera les mesures prises pour rendre les rues plus sûres. Les deux exhortent le conseil à voter contre le renvoi. Dans sa déclaration de clôture, la conseillère Mckenney nous a rappelé que nos routes ne sont pas sécurisées et que le fait de retarder l’adoption de mesures concrètes dans le cadre de Vision zéro envoie un message aux usagers de la route et au public selon lequel nous « normalisons les décès dans nos rues ».

Avant que le Conseil ne se prononce sur la motion de renvoi, le maire Watson a souligné l’investissement de 80 millions de dollars de la ville dans les infrastructures cyclables et a rappelé à ses collègues que « nous ne pouvons pas nous débarrasser des « beg buttons » et a exhorté le conseil à voter en faveur du renvoi de la motion pour permettre au public d’avoir son mot à dire.

Le Conseil a ensuite voté pour renvoyer la motion Vision Zéro au Comité des transports, avec 15 oui et 9 non. Les non venaient des conseillers Mckenney, Leiper, Menard, Fleury, Kavanagh, King, Deans, Meehan et Gower.

Une deuxième motion du conseiller Leiper visant à affecter la taxe fédérale sur l’essence aux infrastructures cyclables a également été renvoyée au trésorier de la Ville pour qu’il l’examine avec d’autres priorités concurrentes. La conseillère Laura Dudas a proposé la motion, qui a été adoptée par 19 voix contre 5. Les opposants sont Leiper, Mckenney, Menard, Kavanagh et King.

Le Conseil municipal a également discuté en profondeur des ramifications du dernier retard de l’étape 1 du TLR sur les services actuels des OCtranspo. Le conseiller Allan Hubley a proposé de geler les tarifs de transport en commun jusqu’à l’ouverture de l’étape 1 du TLR, et la conseillère Diane Deans a proposé une modification visant à réduire les tarifs de 30 % de juillet à septembre 2019, financement qui sera retiré du contrat du Groupe Rideau Transit. Dans un discours passionné, le conseiller Deans a critiqué les services médiocres et peu fiables d’Octranspo et le manque de respect envers les usagers du transport en commun. « Le principe même de l’équité laisse entendre que nous ne devrions pas exiger le plein tarif pour un système partiel ou non fiable », dit-elle au Conseil. Le maire Jim Watson, au contraire, dit que la motion sur la réduction des tarifs est « l’une des motions les plus ridicules » qu’il ait jamais vues.

Les conseillers Brockington, Cloutier, Blais, étaient parmi ceux qui s’opposaient à la réduction des tarifs, citant les coûts financiers (perte de 29 millions de dollars en revenus), la faible probabilité que le RTG couvre le coût de la réduction des tarifs, et que cela n’aide pas à améliorer le service. Le vote sur la réduction du prix du transport en commun a échoué 6-18, avec les conseillers Deans, Mckenney, Menard, Chiarelli, Kavanagh et King. Le vote sur le gel des tarifs de transport en commun jusqu’à l’ouverture du TLR a été adopté à l’unanimité.

Candidate aujourd’hui! Deviens un solliciteur de sensibilisation

Tu aimes être à l’extérieur?

Tu es passionné.es par les questions environnementales, et tu es à l’aise pour communiquer avec les autres?

Écologie Ottawa recherche des environnementalistes motivés pour rejoindre notre équipe de solliciteurs de porte-à-porte! Nos solliciteurs de sensibilisation font prendre conscience des questions environnementales sur les seuils des portes, et collectent des fonds pour soutenir nos projets et nos campagnes.

Présentation:

  • Les horaires sont de 16h à 21h pendant les jours de la semaine, le nombre de jours par semaine est flexible (possibilité de jours de fin de semaine également).
  • Bon emploi pour l’été/les étudiants.
  • Pas d’expérience requise, l’entraînement est prodigué.
  • Nécessité d’être intéressé dans l’apprentissage de la levée de fonds pour le progrès social.

Défis:

  • Par tout temps et à l’extérieur, tu dois aimer les journées chaudes et la pluie.
  • Certaines personnes trouvent ça difficile d’essuyer des refus – tout le monde n’est pas autant intéressé.es par ce que nous faisons que tu ne l’es.
  • Tu as besoin d’être un minimum en forme – nous marchons beaucoup!

Avantages:

  • Apprentissage de bonnes compétences polyvalentes – communication, sens relationnel, levée de fonds.
  • Gain en confiance en toi que tu pourras garder toute ta vie.
  • Tu peux faire de l’argent propre et faire de l’exercice plutôt que de rester coincer dans un bureau tout l’été, tout en aidant l’expansion d’une organisation populaire.

S’il-te-plaît, envoie ton CV et ta lettre de motivation à: erik.pervin@ecologyottawa.ca

Écologie Ottawa est la principale organisation environnementale populaire de la ville. Nous travaillons à faire d’Ottawa la capitale verte du Canada et nos solliciteurs environnementaux jouent un rôle crucial car ils aident à construire une véritable voix qui se lève pour l’environnement à l’Hôtel de Ville.

Lettre commune de treize groupes communautaires: nous avons besoin de la Vision Zéro maintenant!

Monsieur le Maire Watson,

Nous vous écrivons suite au décès tragique d’un cycliste le jeudi 16 mai courant. Quoique le nom du cycliste demeure inconnu pour l’instant, plusieurs d’entre nous dans notre communauté sommes attristés par le décès d’un autre usager ottavien de nos routes.

Notre tristesse reflète de plus en plus une frustration accrue. Il y a plusieurs années depuis que la ville d’Ottawa a mise en application sa politique relative aux rues conviviales et a mis en application un plan d’action, mais nos routes demeurent peu accueillantes pour les cyclistes, les piétons et les usagers des transports en commun. Même à peine à quelques mètres de la nouvelle piste cyclable ségrégée, tellement attendue, un autre usager de la route est décédé.

Le mot ‘accident’, tant qu’il soit utilisé souvent et avec de bonnes intentions, n’est pas approprié dans ces circonstances. Le décès de ce cycliste – tout comme le décès et les blessures graves de douzaines d’Ottaviens chaque année, sur nos trottoirs, nos pistes cyclables, nos intersections, nos arrêts d’autobus et dans nos autobus – démontre plutôt des politiques inadéquates et une conception médiocre des infrastructures du transport.

Comme ville, nous devons mieux adresser les besoins des usagers vulnérables de tout genre sur nos routes. Fondamentalement, il nous faut une politique qui priorise les piétons et cyclistes avant les automobilistes. Ceci veut dire qu’il faut prendre des décisions difficiles pour améliorer la conception des infrastructures pour prioriser la sécurité des usagers vulnérables de nos routes, avant tout. Nous devons améliorer la sécurité de nos routes pour les enfants, les personnes âgées et celles à mobilité réduite. Il faut que les personnes puissent marcher pour aller à l’école ou au travail, faire du vélo pour se rendre à leurs rendez-vous, se rendre de leur résidence ou leur bureau à un arrêt d’autobus, utiliser les transports en commun, et tenter de vivre leur vie de façon sécuritaire dans le centre-ville. Nous croyons sincèrement que notre ville en bénéficiera lorsque lorsqu’elle sera sécuritaire et accessible pour tous ceux qui y résident. Nous pouvons prévenir les blessures et les décès.

En respect des préoccupations mentionnées ci-haut, nous, les soussigné-e-s, incitons la ville d’Ottawa à mettre en application la politique de Vision Zéro. Partout dans le monde, des municipalités mettent en application des politiques de Vision Zéro pour tenter d’éliminer les blessures et les décès sur leurs routes. En suivant leur exemple et en apprenant de leurs expériences, nous pouvons développer une politique compréhensive qui est ambitieuse, cohérente et uniquement adaptée aux besoins de la ville d’Ottawa.

Nous incitons la ville d’Ottawa à suivre dans leurs pas le plus tôt possible. Comme vous le savez, la conseillère Catherine McKenney a déjà exprimée son intention de présenter une motion au sujet de Vision Zéro au conseil le mercredi 12 juin 2019. Sa motion inclura plusieurs mesures importantes pour améliorer la sécurité de nos routes, par exemple :

  • Des normes plus élevées pour les infrastructures,
  • Plus de pistes cyclables ségrégées,
  • La réduction de la vitesse limite dans les quartiers résidentiels à 30 km/h,
  • Éliminer les virages à droite lorsque le feu de circulation est rouge, et
  • Modifier les signaux de signalisation pour donner priorité aux piétons et aux cyclistes.

En même temps, le conseiller Jeff Leiper a proposé d’allouer 57 millions de dollars du transfert fédéral pour l’infrastructure provenant des revenus da la taxe de carbone fédérale, pour améliorer la sécurité du réseau cycliste. Nous croyons qu’il faut plus de financement pour améliorer la sécurité de nos routes à Ottawa pour protéger nous usagers vulnérables.

Nous croyons qu’une politique robuste ainsi que du financement sont essentiels pour éliminer les blessures graves et les décès sur les routes de la ville d’Ottawa. Nous vous incitons à démontrer du leadership et de mettre en application, avec audace, une vision ambitieuse de Vision Zéro pour la ville d’Ottawa.

Respectueusement vôtre,

Robb Barnes, Directeur exécutif, Écologie Ottawa

Sam Boswell, Groupe des usagers de transport en commun d’Ottawa

Jean Mullan, Co-Président, Association communautaire de Bel-Air

Érinn Cunningham, Bike Ottawa

Michelle Perry, Healthy Transportation Coalition

Neil Thomson, Président, Association communautaires de Kanata Beaverbrook

Annie Boucher Rimes, President, Association communautaire de Lincoln Heights Parkway

Stelios Togias. President, Association communautaire de Lindenlea

Liz Bernstein, Presidente, Association communautaire de la Basse-ville

Sybil Powell, President, Association Communautaire de McKellar Park

Heather Marie Scott, Presidente, Association Communautaire de Pineview

Marilyn Read, Secretaire, Association Communautaire d’Overbrook 

Jeff Westeinde, President, Projet Zibi 

Opportunités de Bénévolat – Juin 2019

Traduit par BG

Juin est arrivé et les choses s’activent à Écologie Ottawa ! Rejoignez-nous en vous inscrivant pour une ou plusieurs opportunités de bénévolat ci-dessous.

1. Apportez des arbres aux quatre coins de la ville

Cet été, nous avons pour but de donner 12 000 plants d’arbres indigènes aux résidents d’Ottawa à travers la ville. Nous avons besoin de bénévoles pour présenter aux évènements communautaires et entamer le dialogue avec les gens, ainsi que des bénévoles pour nous aider à « mettre en sac et étiquetter » nos plants d’arbres au bureau pour les préparer pour les évènements. Pour vous inscrire, email : living.city.campaign@ecologyottawa.ca.

2. Faites campagne avec nous pour promouvoir l’infrastructure verte à Britannia

Nous avons besoin de votre aide pour faire du porte à porte et discuter l’infrastructure verte avec les résidents, en distribuant des garde-boues et des déviations de gouttières. Vous acquerrez des compétences en communication et en sensibilisation de la communauté, et aucune expérience n’est nécessaire. Pour vous inscrire, email : greeninfrastructure@ecologyottawa.ca.

3. Faites du changement climatique une priorité dans les élections fédérales qui arrivent

Au cours des trois dernières années, Ottawa a été témoin d’innondations catastrophiques préditent comme n’arrivant qu’une fois tous les 100 ans. Il ne nous reste plus que 11 ans pour prendre des mesures climatiques ambitieuses avant que ceci ne devienne la nouvelle normalité.

L’élection fédérale qui arrive est une chance pour créer un mouvement de changement, celui qui nous fera passer à une économie propre et à un monde résilient. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. C’est maintenant.

Rejoignez-nous pour faire la différence pour cette élection. Pour commencer, rejoignez-nous pour l’entrainement des bénévoles le 5 Juin de 18H à 20H. 

4. Venez à nos audits à vélo et à pied de la station Blair.

Nous travaillons sur un projet d’amélioration de la connection du transport actif à la station Blair, et nous avons besoin de votre aide ! Ensemble avec un groupe de bénévoles, nous marcherons ou ferons du vélo sur des chemins prédéterminés près de la station et nous prendrons des notes sur ce que nous recontreront en cours de route. Les deux audits ont lieu le 6 Juillet 2019.

Rejoignez-nous pour les prochains audits de transport actif en cliquant ici.

5. Demandez des comptes au Conseil de la Ville d’Ottawa avec l’Équipe de Surveillance du Conseil.

Nous rétablissons la Surveillance du Conseil, une campagne qui garde un oeil sur les décisions environnementales prises par la Mairie d’Ottawa. Nous recherchons des bénévoles pour assister aux réunions du conseil et du comité, pour suivre les votes des conseillers et écrire des messages de blog. Si vous cherchiez l’opportunité de vous engager dans les affaires municipales et la politique locale, ceci peut être une opportunité pour vous. Envoyez un email à vi.bui@ecologyottawa.ca pour vous impliquer.

6. Aidez-nous à entrer et à gérer des données

Nous avons BEAUCOUP de données d’évènements et de sondages à entrer, donc si vous aimez rentrer des données et avez un oeil pour les détails, nous aimerions beaucoup votre aide avec l’entrée de données et l’utilisation de notre base de données. Écrivez une ligne à vi.bui@ecologyottawa.ca pour vous inscrire.

2ème entraînement des bénévoles!

RSVP ici!

Tu es intéressé.ée pour t’impliquer dans la campagne de l’Élection Fédérale? Tu as manqué le premier entraînement? Voici ta deuxième chance!

Rejoins nous le 5 juin de 18h à 20h aux bureaux d’Écologie Ottawa. Tu recevras tous les outils dont tu as besoin pour aider à faire la différence lors de cette élection.

Assure toi de RSVP ici: https://www.ecologyottawa.org/electionsvolunteertraining2

Tu ne peux pas venir mais tu veux quand même t’engager? Contacte alison.gu@ecologyottawa.ca

RSVP ici!

Sommet Stratégique: L’Impact Énergétique Collectif d’Ottawa

Il est temps de se retrousser les manches et de créer des stratégies pour aider Ottawa à atteindre ses objectifs climatiques!

Il est temps de se retrousser les manches et de créer des stratégies pour aider Ottawa à atteindre ses objectifs climatiques!

Prenez part à la stratégie de financement et du processus de formation de partenariats stratégiques alors que nous solidifions le plan communautaire visant à réduire les émissions des bâtiments de 80 % d’ici 2050! Ce travail aboutira à diverses propositions de financement pour les programmes fédéraux, provinciaux et municipaux, toutes alignées sur la même vision – un Ottawa dynamique construit ensemble!Nous avons besoin de vous comme chefs de file des entreprises de construction et de rénovation, des organismes sans but lucratif, des financiers progressistes, d’Investir Ottawa, de la planification et des finances de la Ville d’Ottawa, pour vous joindre à nous dans cet excellent travail pour l’avenir!

Nous voulons réduire les émissions de GES et donner le coup d’envoi à l’économie des rénovations écologiques à Ottawa!

Quand: le 5 juin – 9h-16h

Où: Place Jean Pigott, Hôtel de Ville d’Ottawa, 110 Avenue Laurier

Cliquez ici pour vous inscrire à cet évènement

Tous les partis doivent avoir un plan d’action climatique ambitieux !

Traduit par BG

Au cours des trois dernières années, Ottawa a vu des innondations catastrophiques préditent comme n’arrivant qu’une fois tous les 100 ans. Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC), la plus haute autorité scientifique reconnue sur le changement climatique, estime qu’il ne nous reste plus que 11 ans pour éviter des dommages catastrophiques.

Les élections fédérales qui arrivent sont une chance de créer un mouvement de changement, celui qui nous fera passer à une économie propre et à un monde résilient. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. C’est maintenant.

Signez notre pétition pour réclamer que tous les partis fédéraux adoptent un plan d’action climatique fort en accord avec la science du rapport du GIEC. Partagez avec vos amis sur les média sociaux ! Soyons mobilisés.

Il est temps pour Ottawa d’adopter la Vision Zéro

Le 16 mai, un autre cycliste a perdu sa vie dans les rues d’Ottawa. C’est arrivé à quelques mètres de l’hôtel de ville, et juste à côté de l’infrastructure porte-bannière d’Ottawa, les pistes cyclables de Laurier. Cette tragédie, comme de nombreux accidents de piétons et de cyclistes qui se produisent tout au long de l’année à Ottawa, aurait pu être évitée.

Bien qu’il soit courant d’appeler ces événements des «accidents», les causes profondes de ces instances sont la mauvaise politique et la mauvaise conception. La tragédie du 16 mai a été le résultat des choix que nous avons fait dans la construction et la conception de notre ville. Nous avons construit notre ville autour de la voiture-priorisant la facilité de voyage et la vitesse pour les utilisateurs de voitures. Chaque décision a des compromis, et les conséquences récurrentes de notre système actuel sont des graves blessures et la mort pour les piétons et les cyclistes.

Ça doit cesser maintenant. Ottawa peut choisir une meilleure voie à suivre – une solution qui élimine les blessures graves et la mort dans nos rues. Cliquez ici pour demander l’action de votre conseiller et du maire aujourd’hui.

Les villes du monde entier adoptent la « Vision Zéro », un projet de sécurité routière qui vise à éliminer les blessures graves et la mort dans les rues. Démarré en Suède en 1997, le concept de la Vision Zéro s’est répandu à travers les pays, les régions et les villes du monde entier. Au Canada, des villes comme Toronto, Edmonton et Surrey ont mené la voie de l’adoption de la Vision Zéro, et dans le processus ont restructuré leurs rues pour la sécurité.

Le 22 mai, la conseillère Catherine McKenney a demandé au Conseil d’adopter la Vision Zéro et a délimité à quoi cette politique pourrait ressembler dans le contexte d’Ottawa. Certaines mesures proposées par la conseillère McKenney comprennent:

◾ Assurer que la reconstruction des routes comprenne des infrastructures pour piétons et cyclistes qui respectent ses normes de sécurité plus exigeantes;

◾ Installation de voies cyclables ou de pistes cyclables ségrégés;

Réduire la limite de vitesse à 30 km/h sur toutes les rues résidentielles;

Éliminer le droit de tourner à droite sur les feux rouges, ou partout où il y a des pistes cyclables ou des zones piétonnes lourdes; et

Modifier les signaux de circulation pour donner la priorité aux cyclistes et aux piétons sur les automobilistes.

Le mercredi 12 juin, le Conseil municipal d’Ottawa votera sur la motion de la conseillère McKenney. Il est urgent que le Conseil et le maire entendent des résidents de toute notre ville, exigeant que le Conseil intensifie la lutte contre les blessures graves et la mort dans nos rues. 

Les conseillers et le maire doivent vous entendre. Cliquez ici pour envoyer un courriel à votre conseiller et au maire, et cliquez ici pour téléphoner à votre conseiller dès aujourd’hui.

Cove: Il est temps de soutenir et re-définir le projet pilote des autobus électriques d’Ottawa

Le 24 Avril, le Conseil d’Ottawa a déclaré un état d’urgence climatique. Il y a quelques mois, personne ne s’attendait à ce que cette mesure soit prise. La réticence au mot “urgence” par certains conseillers a pris une tournure ironique et noire le lendemain, lorsqu’un état d’urgence a été déclaré après des inondations dramatiques.

Pour certains conseillers, la priorité était de s’assurer que la motion ne soit pas seulement symbolique. Si la ville allait déclarer un état d’urgence climatique, il allait y avoir des actions associées. La conseillère Catherine McKenney avait déjà soumis une requête à la ville pour une étude de l’impact environnemental et financier d’un projet pilote d’autobus électriques pour OC Transpo en février, donnant de l’espoir aux personnes soucieuses de l’environnement, de la santé publique et des transports en commun, que ce projet d’autobus électriques soit la première étapes après la déclaration. 

La semaine dernière, OC Transpo a répondu à la requête de McKenney indiquant qu’un projet pilote d’autobus électriques n’était pas recommandé, en estimant que ce serait plus rentable de se focaliser sur le système de trains léger et surveiller les projets pilotes d’autobus électriques d’autres villes comme Toronto, Edmonton, et Calgary. Le coût d’achat des autobus, l’adaptation des infrastructures pour permettre la recharge et la formation des employés dans le soutien de nouvelles technologies sont des raisons listées de ne pas aller de l’avant avec le projet pilote. Il serait mieux, selon OC Transpo, d’attendre jusqu’à mi-2020 quand une grande portion de la flotte existante aura besoin d’être remplacée.  

Le coût d’achat des autobus, l’adaptation des infrastructures pour permettre la recharge et la formation des employés dans le soutien de nouvelles technologies sont des raisons listées de ne pas aller de l’avant avec le projet pilote. 

Cette position omet un élément très important du projet pilote: le développement des capacités. Un projet pilote ne fonctionne pas seulement pour déterminer quel autobus électrique est le mieux pour la taille et la température de la ville d’Ottawa. C’est aussi une opportunité de développer les capacités en autobus électriques qui seront requises dans le futur. L’adaptation de l’infrastructure et les programmes de formation sont des aspects coûteux d’un projet pilote, mais ils sont nécessaires, et ils seront toujours nécessaires en 2025 quel que soient les autobus recommandés par les autres villes. 

Dans le futur, la transition vers des autobus électriques va devenir un problème pressant. Nous nous approchons du point tournant écologique lorsque les effets désastreux du changement climatique deviendront irréversibles – que les Nations Unis indiquent sera dans 11 ans – et nous serons obligés de faire des changements de grande ampleur au système que nous utilisons tous les jours. Repousser le projet pilote n’est pas une façon d’économiser de l’argent pour la ville, mais réduit l’échéancier d’un projet inévitable. 

En rapport au changement climatique, certains politiciens, politiciennes, et responsables questionnent si nous pouvons nous permettre d’implémenter les programmes nécessaires pour créer une économie verte. Il est déjà trop tard et nous devons nous demander si nous pouvons nous permettre de ne pas le faire. C’est un des grands débats de la crise climatique. Mais ce n’est pas un débat rhétorique, je pose réellement la question: Pouvons-nous nous permettre de repousser les frais requis pour atténuer le changement climatique dans le futur?

Repousser ce projet pilote revient à dire que le marché immobilier est trop coûteux, et qu’au lieu d’acheter une vieille maison à rénover, il fait mieux d’attendre 5 ans pour acheter un manoir. Plutôt que d’étouffer tout espoir d’un projet pilote d’autobus électriques, pourquoi ne pas changer l’étendue de ce que ce type de projet peut prendre? La planification des routes, l’infrastructure, et la formation des employés devra être faite au niveau communautaire: Toronto, Edmonton et Calgary ne peuvent pas le faire pour nous, alors pourquoi ne pas commencer maintenant?

Vicki Lynn Cove est écrivain et activiste basée à Ottawa. Elle est membre des Jeunes Ambassadeurs du Climat et travaille avec la Coalition des Transports Sains (Healthy Transportation Coalition) sur la campagne des autobus électriques. 

Cet article était initialement publié dans la Ottawa Citizen. Pour lire l’original, cliquez ici.

La photo du bus électrique est une courtoisie de Graham Hughes, via The Canadian Press

CÉLÉBRER BRITANNIA!

VENEZ À NOTRE ÉVÈNEMENT COMMUNAUTAIRE À BRITANNIA!

Un barbecue communautaire vegan & végétarien gratuit, plein d’amusement et de musique! Venez fêter notre campagne d’éducation et d’action sur les Infrastructures Vertes! Venez et repartez gratuitement avec des:

  • Plants d’arbres
  • Garde-boues
  • Déviations de gouttières 

QUAND: 29 Juin, 2019 à 11am – 2pm

OÙ: Britannia Park – Trolley Station
Ottawa, ON K2B 5Z6
Canada

CLIQUEZ ICI POUR PARTICIPEZ À NOTRE FÊTE DANS BRITANNIA!