Veille du Conseil

Écologie Ottawa reconnaît le pouvoir qu’a le Conseil municipal d’Ottawa pour faire d’Ottawa un chef de file environnemental.

Bien que de nombreuses questions environnementales urgentes soient soulevées, Écologie Ottawa encourage les citoyens d’Ottawa à s’adresser au Conseil et à plaider en faveur d’un avenir plus durable en matière de politique environnementale.

Écologie Ottawa s’engage à favoriser des relations respectueuses et productives avec tous les membres du conseil. Nous nous engageons également à maintenir notre rôle de supervision du conseil par l’entremise de notre équipe de surveillance du conseil qui fait le suivi ce qui se passe au conseil municipal, fait rapport et tient ainsi le conseil responsable de sa performance environnementale.

L’équipe de veille du Conseil assiste aux réunions du Comité permanent de la protection de l’environnement, de la gestion de l’eau et des déchets, du Comité de planification, du Comité des transports, de la Commission des transports et du Conseil municipal. Comme d’autres partisans d’Écologie Ottawa, ils surveillent également les rapports des médias et d’Internet sur les activités du conseil. Tous les calendriers et ordres du jour des réunions à venir peuvent être consultés ici.

Dans le passé, le leadership environnemental exercé par les membres du conseil a été analysé et présenté sous forme de rapports annuels de surveillance du conseil. Ces rapports déterminent une note alphabétique pour chaque conseiller en fonction de leur appui aux décisions environnementales prises au sein du conseil, et ce, afin d’aider le public à prendre des décisions éclairées sur le vote au sein d’un conseil enthousiaste pour l’environnement au cours du prochain mandat.

Un représentant de l’Équipe de veille du Conseil a assisté à toutes les séances du Conseil municipal depuis le début de 2019 et s’est investi dans la prise de notes détaillées sur les importantes discussions environnementales au sein du Conseil. Il est important d’aller de l’avant avec cette initiative afin de s’assurer que tous les membres du conseil accordent la priorité à la prise de mesures environnementales dans la ville pour le reste de leur mandat. Pour ce faire, un représentant enthousiaste doit assister aux séances plénières du Conseil municipal et aux réunions des comités et faire rapport de leurs conclusions.


Vous pouvez lire le dernier billet de l’équipe du Council Watch ici.

Si vous êtes enthousiaste à l’idée de faire d’Ottawa un chef de file en matière d’environnement et si vous souhaitez en apprendre davantage sur la façon de participer à l’initiative Surveillance du Conseil, envoyez un courriel à Erik Pervin, gestionnaire du bureau d’Écologie Ottawa, à erik.pervin@ecologyottawa.ca

Voter comme si leur avenir en dépendait – parce que c’est le cas

C’est le moment. Le lundi 21 octobre, les Canadiens se rendront aux urnes et voteront.

Évidemment, il y a beaucoup en jeu dans cette élection fédérale. Les Nations Unies nous disent qu’il nous reste un peu plus d’une décennie pour limiter les catastrophes climatiques. Plus que jamais, le monde a besoin de gouvernements nationaux qui n’ont pas peur de prendre des mesures audacieuses en matière de climat. Le Canada peut jouer ce rôle, mais seulement si nos dirigeants élus savent que nous exigeons un leadership climatique.

Au cours de l’été, nous avons discuté avec des milliers d’entre vous pour faire des changements climatiques une priorité électorale majeure. Nous avons été étonnés du niveau d’intérêt et d’engagement. Et bien que la plupart de nos conversations aient eu lieu dans la banlieue d’Ottawa, il est clair que les changements climatiques sont en train de devenir un enjeu de plus en plus important partout au pays.

Les électeurs comme vous pèsent un certain nombre de facteurs avant de voter pour le leadership climatique.
– Certains se penchent sur les chiffres des sondages, en particulier les chiffres de leurs courses locales.
– D’autres examinent les promesses du parti sur les changements climatiques, en réponse aux questions des principales organisations environnementales nationales.
– D’autres étudient encore les analyses – des engagements des parties en matière de réduction des émissions….
– et de ce que les politiques climatiques des parties signifient du point de vue du gouvernement local.

Quelle que soit votre décision, sachez que votre vote a du pouvoir « Les yeux de toutes les générations futures sont tournés vers vous. Votez comme si leur avenir en dépendait – parce que c’est le cas. »


Bon vote, Ottawa !

Écologie Ottawa mobilise la communauté pour la grève du climat d’Ottawa, encourage le maire et les conseillers municipaux à apporter leur soutien

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le 24 septembre 2019

(OTTAWA) – Écologie Ottawa mobilise la communauté d’Ottawa en vue de la prochaine Marche pour le Climat dans la capitale, qui s’inscrit dans le cadre de la Grève Mondiale du Climat qui aura lieu le vendredi 27 septembre. Dans le cadre de cet effort, Écologie Ottawa demande au maire Jim Watson et aux conseillers municipaux d’assister à une manifestation de masse ce vendredi.

« La présence de représentants élus est essentielle au succès de la grève populaire « , a déclaré Robb Barnes, directeur général d’Écologie Ottawa. « Nous savons que les maires du monde entier adoptent une position ferme dans la lutte contre le changement climatique, et beaucoup prendront part aux actions de ce vendredi. Nous nous attendons à ce que notre maire, Jim Watson, et les conseillers municipaux fassent preuve de leadership et participent à la grève de vendredi à Ottawa. »

La Marche pour le climat d’Ottawa fait partie d’un mouvement mondial de grèves dans les villes du monde entier, inspiré par les actions de la militante suédoise du climat Greta Thunberg. Bien que de nombreuses grèves mondiales aient eu lieu le 20 septembre, il y aura une deuxième série d’actions le 27 septembre, à laquelle les villes canadiennes devraient participer. La grève du climat d’Ottawa débutera à 11 h 30 dans le parc de la Confédération et se poursuivra peu après sur la colline du Parlement. 

« Les personnes que nous choisissons d’élire devraient saisir cette occasion de marcher aux côtés de leurs concitoyens, a déclaré M. Barnes. « C’est l’occasion pour Ottawa de faire preuve de leadership climatique sur la scène mondiale. »

Quand : Vendredi 27 Septembre, de 11h30 à 14h.

 : Départ du Parc de la Confédération vers la Colline Parlementaire.

Pour plus d’informations, contactez:

Robb Barnes
Directeur Executif
Ecology Ottawa
robb.barnes@ecologyottawa.ca
613-860-5353 (office)

C’est à ça que ressemble la communauté

Il faut un village, et Ottawa est un village épique! Il y a tellement d’organisations, d’entreprises et de collectivités inspirantes et influentes, ce n’est pas possible que vous ayez pu entendre parler de chacune d’entre elles.

Avez-vous entendu parler de Maker House? Sinon, vous devriez vous renseigner! Maker House vend des cadeaux tous faits au Canada, de la décoration de maison et des meubles en bois massif. En plus de donner aux fabricants de grandes occasions de vendre leurs produits, Maker House remet également 2 % de ses ventes à des organismes sans but lucratif et à des organismes de bienfaisance locaux par l’entremise de son programme #Craftchange. D’avril à juin 2019, Ecology Ottawa a été leur partenaire #Changeartisanat et a recueilli plus de 4 200 $ pour notre campagne sur les arbres!

De façon véritablement populaire, Maker House veut établir des liens entre les organismes locaux d’Ottawa pour voir où il y a des possibilités de collaboration. Nous avons établi des liens avec le Parkdale Food Centre, un organisme extraordinaire qui s’efforce de fournir des aliments frais et locaux aux habitants dans le besoin (visitez leur site Web pour en savoir plus). Nous avons été particulièrement inspirés par les efforts déployés par le Parkdale Food Centre pour mobiliser les jeunes et résoudre des problèmes communautaires complexes.

Avec l’aide du partenariat #Craftchange de Maker House, Ecology Ottawa et le Parkdale Food Centre collaboreront dans le cadre d’un atelier conçu pour amener les jeunes d’Ottawa à s’impliquer dans les « forêts alimentaires urbaines » et la production alimentaire. Nous aborderons des sujets comme les arbres fruitiers, les jardins alimentaires locaux et le jardinage communautaire. L’événement permettra aux jeunes de s’impliquer davantage auprès des organismes d’Ottawa qui s’occupent de ces questions complexes. Nous achèterons également plus d’arbres fruitiers pour les distribuer dans les collectivités de notre ville.

Nous sommes très heureux d’avoir eu l’occasion de travailler avec Maker House et le Parkdale Food Centre. Notre événement alimentaire pour les jeunes aura lieu en octobre, alors gardez un oeil sur plus de détails bientôt!

Sincèrement vôtre,

Velta, Kathleen, Ginette, Erik, Robb et toute l’équipe d’Ecology Ottawa

Une semaine sombre pour la démocratie à Ottawa

Mercredi dernier, le conseil municipal a donné le feu vert à un projet du Vieux-Ottawa-Est qui violait un plan de quartier vieux de plusieurs années. La conception originale était fondée sur des milliers d’heures de consultation communautaire et de participation aux processus municipaux, mais peu importe. Au bout du compte, le promoteur a coupé l’herbe sous le pied à la collectivité. Le comité de planification a refusé d’arrêter le processus et le conseil a donné son approbation par 14 voix contre 9 en faveur du projet.

Plus tôt ce matin-là, un des comités les plus puissants de la ville a empêché un conseiller non-membre de poser une simple question. Bien que la question du conseiller portait sur un bail de baseball, le déménagement en dit long sur le processus décisionnel d’Ottawa en matière d’environnement. Il désigne un conseil dont le processus décisionnel a été centralisé autour du maire. Cette concentration du pouvoir a des conséquences négatives claires pour les quartiers de la ville avec des conseillers en dehors de l’entourage du maire.

Si nous avions besoin d’autres preuves sur ce point, la décision rendue la semaine dernière au Château Laurier a été très claire. Kelly Egan a fait remarquer que les conseillers urbains d’Ottawa sont perdants dans les décisions de planification depuis un certain temps déjà. La cause profonde est la composition des comités, qui découle des décisions du maire. Immédiatement après les élections de 2018, le maire a exclu les conseillers urbains des principaux rôles décisionnels qui ont une incidence sur l’environnement à Ottawa. De cette façon, les causes du « radiator-shaped goiter » du Château Laurier sont les mêmes que celles des crises environnementales comme le changement climatique, la destruction des arbres et l’étalement urbain.

Alors que peut-on faire?

En termes simples, nous ne pouvons pas laisser le cynisme nous amener à l’inaction. Nous devons nous lever et nous faire entendre. Même si nous avons l’impression que les résidents n’ont pas de voix, nous ne serons pas réduits au silence. Même lorsque nos conseillers préconisent ce qui est juste et risquent d’être mis sur la touche lorsqu’ils auront des démêlés avec le maire, nous ne serons pas réduits au silence.

Maintenant, plus que jamais, nous devons exercer la pression de la mobilisation de masse sur le conseil municipal. Ecologie Ottawa est particulièrement bien placée pour amplifier votre voix afin d’exiger mieux de l’hôtel de ville. Nous devons continuer de nous organiser dans les collectivités, de faire pression sur le conseil à des moments clés et de tenir tous les membres du conseil responsables devant le public.

Nous ne pouvons pas le faire sans votre appui. Faites un don aujourd’hui pour vous joindre à des milliers d’autres résidents d’Ottawa qui défendent notre environnement. Votre contribution servira à bâtir une ville meilleure et plus verte pour les générations actuelles et futures.


Nous embauchons un organisateur d’élections!

Écologie Ottawa est à la recherche d’un organisateur d’élections. Relevant du directeur général, l’organisateur des élections appuiera les campagnes de sensibilisation sur les changements climatiques d’Écologie Ottawa. Cet objectif est poursuivi par :

  • maintenir et étendre la base de soutien communautaire d’Écologie Ottawa au moyen d’activités de sensibilisation et d’activités communautaires (60 % du temps);
  • mobiliser les partisans des campagnes d’Écologie Ottawa pour qu’ils prennent des mesures à des moments stratégiques (10 % du temps);
  • traiter, saisir et mettre à jour des données de soutien dans la base de données d’Ecology Ottawa (10 % du temps);
  • créer et promouvoir du matériel de communication lié à la campagne (10 % du temps);
  • fournir du soutien au personnel pour des activités et des événements propres à la campagne (10 % du temps).

Il s’agit d’un poste de 40 heures/semaine. La grande majorité de ce temps comprend le travail en plein air le soir et le week-end dans les zones ciblées de la ville.

Les candidats retenus devront avoir ce qui suit :

  • une expérience manifeste de l’organisation politique ou communautaire;
  • une passion pour la défense des droits environnementaux et politiques et engagement ferme envers la justice sociale et environnementale;
  • de solides compétences en communication orale et écrite;
  • un souci du détail;
  • une capacité à travailler de façon autonome et à atteindre des objectifs;
  • une connaissance pratique de Nationbuilder ou d’autres CRM est un atout;
  • des compétences linguistiques en français sont un atout majeur;
  • un permis de conduire valide est un atout;
  • un bon sens de l’humour.

Le candidat retenu mènera des activités de sensibilisation à Kanata. Les candidats vivant à Kanata ou dans les environs sont donc encouragés à présenter leur candidature.

Si vous souhaitez travailler avec la principale organisation environnementale locale d’Ottawa et contribuer à nos efforts pour faire d’Ottawa la capitale verte du Canada, veuillez envoyer une lettre de présentation décrivant votre motivation pour présenter une demande ainsi que votre curriculum vitæ à robb.barnes@ecologyottawa.ca. Nous remercions tous ceux qui présentent une demande, mais seuls les candidats présélectionnés seront contactés.

Rémunération : 19 $ l’heure

Période : 40 heures/semaine. Commence dès que possible. Ce contrat se termine le 31 octobre.

La lutte contre le changement climatique commence par notre façon de nous déplacer

Le dioxyde de carbone (CO2) émis dans l’atmosphère par les activités humaines est la principale cause du changement climatique. Au cours des 200 dernières années, la concentration de CO2 dans notre atmosphère a augmenté pour atteindre un niveau qui est maintenant 1,4 fois plus élevé qu’à tout autre moment au cours des 200 000 années précédentes. Si nous ne réduisons pas nos émissions très rapidement, les conséquences pour notre planète seront catastrophiques.

Les transports sont responsables de 44 % des émissions de la Ville d’Ottawa. Pour ce faire, il faut s’attaquer à la crise climatique en changeant la façon dont nous nous déplaçons dans notre ville. Nous avons constaté que la plupart des conducteurs savent pas qu’une voiture parcourant en moyenne 20 000 kilomètres par an émet plus de 3 tonnes de CO2 (4,5 en réalité !).

Les autocollants Know CO2, conçus pour être apposés sur des pare-chocs ou autres surfaces clairement visibles, visent à s’assurer que tous les conducteurs soient conscients de l’impact CO2 de leurs véhicules. Chaque fois qu’un conducteur ou un piéton voit votre autocollant :

  • On leur rappelle l’importante empreinte de CO2 des véhicules à combustible fossile;
  • Vous démontrez que vous vous souciez particulièrement des politiciens et des gens de l’industrie automobile;
  • Vous démontrez votre désir d’un bon transport sans CO2 les solutions de rechange, comme la marche, le vélo, le transport en commun et les véhicules électriques.

Que pouvons-nous faire à ce sujet?

Il y a de nombreuses façons de prendre des mesures dans votre vie quotidienne pour réduire l’empreinte carbone liée au transport. La liste ci-dessous, bien que loin d’être complète, est un bon point de départ.

Passer à d’autres modes de transport

L’étape la plus facile et la plus abordable consiste à passer à d’autres modes de transport, y compris la marche, le vélo et les transports en commun, lorsque vous devez vous déplacer.

Plus nous concevons des collectivités tentaculaires centrées sur les voitures, plus nous rendons les transports en commun inabordables et dangereux la marche ou le vélo. Pensez à écrire à vos représentants et à leur faire savoir que vous vous souciez de l’avenir du transport actif et que vous souhaitez voir plus d’investissements dans les réseaux piétonniers et cyclables et les transports en commun accessibles et abordables. Nous avons également besoin de collectivités et de quartiers compacts et complets, où la marche et le vélo pour les besoins quotidiens sont sécuritaires et pratiques.

Passer à une voiture électrique

La majorité des Canadiens sont préoccupés par le changement climatique et seraient heureux d’acheter un véhicule sans CO2 à condition qu’il soit économiquement compétitif et réponde à leurs besoins. Cependant, même si le nombre de véhicules électroniques augmente dans la région d’Ottawa-Gatineau, il demeure une infime fraction de la population totale de véhicules de plus de 0,5 million.

Les principaux obstacles à l’achat sont le coût initial élevé des voitures électriques et des chargeurs par rapport à leurs équivalents en gaz et le souci de l’accès aux installations de recharge. L’industrie automobile et les gouvernements investissent massivement dans l’électrification des transports. De nouveaux modèles sont lancés, la gamme augmente, les coûts diminuent et le réseau de recharge augmente. Les progrès seront plus rapides si les conducteurs montrent qu’ils se soucient de la situation et qu’ils veulent de l’action. Nos autocollants sont une façon de le faire. Voter pour des politiciens dotés de solides politiques climatiques à tous les niveaux en est une autre.

Si vous cherchez des moyens de réduire votre impact sur notre environnement et d’aider à lutter contre les changements climatiques dans votre vie quotidienne, pensez à acheter une voiture électrique la prochaine fois que vous aurez besoin d’acheter un nouveau véhicule. Pour en savoir plus sur les options et les incitatifs à l’électricité, cliquez ici.

Une journée décevante pour la sécurité des transports à Ottawa

Même après qu’un cycliste ait été tué à l’extérieur de l’hôtel de ville le 16 mai et que plus de 200 personnes se soient rassemblées à l’extérieur de l’hôtel de ville quelques jours plus tard pour réclamer des rues plus sûres, cela n’a pas suffit pour que les conseillers adoptent une position et une politique Vision zéro.

Le 12 juin, le Conseil municipal a discuté de la motion présentée par la conseillère Catherine Mckenney, le 22 mai, demandant à la Ville d’adopter la politique et le cadre de Vision Zéro pour éliminer tous les décès et blessures graves liés à la circulation tout en favorisant la sécurité, un transport sain et équitable. La motion demande au personnel de faire des rapports contenant des recommandations pour le Plan d’action sur la sécurité routière en ce qui concerne les feux de circulation, en accordant la priorité aux usagers de la route vulnérables, des options pour éliminer les « revert reds », des critères pour éliminer les « beg buttons » ainsi que les virages à droite lorsque les feux sont rouges en présence de pistes cyclables, l’identification de pistes cyclables risquées et des critères pour les transformer en pistes cyclables séparées sûres, et examiner les exigences et les coûts pour imposer une limite de vitesse de 30 km/h à l’échelle de la ville dans les rues résidentielles.

La résistance de certains conseillers était préoccupante. Le conseiller Stephen Blais, également président du Comité des transports, s’est opposé et a proposé de renvoyer la motion au Comité des transports. La question générale portait sur la raison pour laquelle Ottawa a besoin de Vision zéro si la sécurité routière est déjà à l’ordre du jour. John Manconi, directeur général des Services de transport, a demandé au conseil de renvoyer la motion, le rassurant en soulignant que le personnel appuie déjà Vision Zero, et que le renvoi au comité donnera au personnel plus de temps pour trouver des fonds pour mettre en oeuvre les mesures proposées dans la motion. Il a réitéré que « Vision Zéro n’est qu’une image de marque. »

Le conseiller Leiper a rappelé à son collègue le décès survenu à l’extérieur de l’hôtel de ville, ainsi que les deux autres cyclistes frappés par des voitures ce matin-là, et il a demandé une orientation claire quant à ce que nous voulons voir dans le Plan d’action pour la sécurité routière. Le conseiller Menard a souligné que si la motion est renvoyée, cela retardera les mesures prises pour rendre les rues plus sûres. Les deux exhortent le conseil à voter contre le renvoi. Dans sa déclaration de clôture, la conseillère Mckenney nous a rappelé que nos routes ne sont pas sécurisées et que le fait de retarder l’adoption de mesures concrètes dans le cadre de Vision zéro envoie un message aux usagers de la route et au public selon lequel nous « normalisons les décès dans nos rues ».

Avant que le Conseil ne se prononce sur la motion de renvoi, le maire Watson a souligné l’investissement de 80 millions de dollars de la ville dans les infrastructures cyclables et a rappelé à ses collègues que « nous ne pouvons pas nous débarrasser des « beg buttons » et a exhorté le conseil à voter en faveur du renvoi de la motion pour permettre au public d’avoir son mot à dire.

Le Conseil a ensuite voté pour renvoyer la motion Vision Zéro au Comité des transports, avec 15 oui et 9 non. Les non venaient des conseillers Mckenney, Leiper, Menard, Fleury, Kavanagh, King, Deans, Meehan et Gower.

Une deuxième motion du conseiller Leiper visant à affecter la taxe fédérale sur l’essence aux infrastructures cyclables a également été renvoyée au trésorier de la Ville pour qu’il l’examine avec d’autres priorités concurrentes. La conseillère Laura Dudas a proposé la motion, qui a été adoptée par 19 voix contre 5. Les opposants sont Leiper, Mckenney, Menard, Kavanagh et King.

Le Conseil municipal a également discuté en profondeur des ramifications du dernier retard de l’étape 1 du TLR sur les services actuels des OCtranspo. Le conseiller Allan Hubley a proposé de geler les tarifs de transport en commun jusqu’à l’ouverture de l’étape 1 du TLR, et la conseillère Diane Deans a proposé une modification visant à réduire les tarifs de 30 % de juillet à septembre 2019, financement qui sera retiré du contrat du Groupe Rideau Transit. Dans un discours passionné, le conseiller Deans a critiqué les services médiocres et peu fiables d’Octranspo et le manque de respect envers les usagers du transport en commun. « Le principe même de l’équité laisse entendre que nous ne devrions pas exiger le plein tarif pour un système partiel ou non fiable », dit-elle au Conseil. Le maire Jim Watson, au contraire, dit que la motion sur la réduction des tarifs est « l’une des motions les plus ridicules » qu’il ait jamais vues.

Les conseillers Brockington, Cloutier, Blais, étaient parmi ceux qui s’opposaient à la réduction des tarifs, citant les coûts financiers (perte de 29 millions de dollars en revenus), la faible probabilité que le RTG couvre le coût de la réduction des tarifs, et que cela n’aide pas à améliorer le service. Le vote sur la réduction du prix du transport en commun a échoué 6-18, avec les conseillers Deans, Mckenney, Menard, Chiarelli, Kavanagh et King. Le vote sur le gel des tarifs de transport en commun jusqu’à l’ouverture du TLR a été adopté à l’unanimité.

Candidate aujourd’hui! Deviens un solliciteur de sensibilisation

Tu aimes être à l’extérieur?

Tu es passionné.es par les questions environnementales, et tu es à l’aise pour communiquer avec les autres?

Écologie Ottawa recherche des environnementalistes motivés pour rejoindre notre équipe de solliciteurs de porte-à-porte! Nos solliciteurs de sensibilisation font prendre conscience des questions environnementales sur les seuils des portes, et collectent des fonds pour soutenir nos projets et nos campagnes.

Présentation:

  • Les horaires sont de 16h à 21h pendant les jours de la semaine, le nombre de jours par semaine est flexible (possibilité de jours de fin de semaine également).
  • Bon emploi pour l’été/les étudiants.
  • Pas d’expérience requise, l’entraînement est prodigué.
  • Nécessité d’être intéressé dans l’apprentissage de la levée de fonds pour le progrès social.

Défis:

  • Par tout temps et à l’extérieur, tu dois aimer les journées chaudes et la pluie.
  • Certaines personnes trouvent ça difficile d’essuyer des refus – tout le monde n’est pas autant intéressé.es par ce que nous faisons que tu ne l’es.
  • Tu as besoin d’être un minimum en forme – nous marchons beaucoup!

Avantages:

  • Apprentissage de bonnes compétences polyvalentes – communication, sens relationnel, levée de fonds.
  • Gain en confiance en toi que tu pourras garder toute ta vie.
  • Tu peux faire de l’argent propre et faire de l’exercice plutôt que de rester coincer dans un bureau tout l’été, tout en aidant l’expansion d’une organisation populaire.

S’il-te-plaît, envoie ton CV et ta lettre de motivation à: erik.pervin@ecologyottawa.ca

Écologie Ottawa est la principale organisation environnementale populaire de la ville. Nous travaillons à faire d’Ottawa la capitale verte du Canada et nos solliciteurs environnementaux jouent un rôle crucial car ils aident à construire une véritable voix qui se lève pour l’environnement à l’Hôtel de Ville.

Lettre commune de treize groupes communautaires: nous avons besoin de la Vision Zéro maintenant!

Monsieur le Maire Watson,

Nous vous écrivons suite au décès tragique d’un cycliste le jeudi 16 mai courant. Quoique le nom du cycliste demeure inconnu pour l’instant, plusieurs d’entre nous dans notre communauté sommes attristés par le décès d’un autre usager ottavien de nos routes.

Notre tristesse reflète de plus en plus une frustration accrue. Il y a plusieurs années depuis que la ville d’Ottawa a mise en application sa politique relative aux rues conviviales et a mis en application un plan d’action, mais nos routes demeurent peu accueillantes pour les cyclistes, les piétons et les usagers des transports en commun. Même à peine à quelques mètres de la nouvelle piste cyclable ségrégée, tellement attendue, un autre usager de la route est décédé.

Le mot ‘accident’, tant qu’il soit utilisé souvent et avec de bonnes intentions, n’est pas approprié dans ces circonstances. Le décès de ce cycliste – tout comme le décès et les blessures graves de douzaines d’Ottaviens chaque année, sur nos trottoirs, nos pistes cyclables, nos intersections, nos arrêts d’autobus et dans nos autobus – démontre plutôt des politiques inadéquates et une conception médiocre des infrastructures du transport.

Comme ville, nous devons mieux adresser les besoins des usagers vulnérables de tout genre sur nos routes. Fondamentalement, il nous faut une politique qui priorise les piétons et cyclistes avant les automobilistes. Ceci veut dire qu’il faut prendre des décisions difficiles pour améliorer la conception des infrastructures pour prioriser la sécurité des usagers vulnérables de nos routes, avant tout. Nous devons améliorer la sécurité de nos routes pour les enfants, les personnes âgées et celles à mobilité réduite. Il faut que les personnes puissent marcher pour aller à l’école ou au travail, faire du vélo pour se rendre à leurs rendez-vous, se rendre de leur résidence ou leur bureau à un arrêt d’autobus, utiliser les transports en commun, et tenter de vivre leur vie de façon sécuritaire dans le centre-ville. Nous croyons sincèrement que notre ville en bénéficiera lorsque lorsqu’elle sera sécuritaire et accessible pour tous ceux qui y résident. Nous pouvons prévenir les blessures et les décès.

En respect des préoccupations mentionnées ci-haut, nous, les soussigné-e-s, incitons la ville d’Ottawa à mettre en application la politique de Vision Zéro. Partout dans le monde, des municipalités mettent en application des politiques de Vision Zéro pour tenter d’éliminer les blessures et les décès sur leurs routes. En suivant leur exemple et en apprenant de leurs expériences, nous pouvons développer une politique compréhensive qui est ambitieuse, cohérente et uniquement adaptée aux besoins de la ville d’Ottawa.

Nous incitons la ville d’Ottawa à suivre dans leurs pas le plus tôt possible. Comme vous le savez, la conseillère Catherine McKenney a déjà exprimée son intention de présenter une motion au sujet de Vision Zéro au conseil le mercredi 12 juin 2019. Sa motion inclura plusieurs mesures importantes pour améliorer la sécurité de nos routes, par exemple :

  • Des normes plus élevées pour les infrastructures,
  • Plus de pistes cyclables ségrégées,
  • La réduction de la vitesse limite dans les quartiers résidentiels à 30 km/h,
  • Éliminer les virages à droite lorsque le feu de circulation est rouge, et
  • Modifier les signaux de signalisation pour donner priorité aux piétons et aux cyclistes.

En même temps, le conseiller Jeff Leiper a proposé d’allouer 57 millions de dollars du transfert fédéral pour l’infrastructure provenant des revenus da la taxe de carbone fédérale, pour améliorer la sécurité du réseau cycliste. Nous croyons qu’il faut plus de financement pour améliorer la sécurité de nos routes à Ottawa pour protéger nous usagers vulnérables.

Nous croyons qu’une politique robuste ainsi que du financement sont essentiels pour éliminer les blessures graves et les décès sur les routes de la ville d’Ottawa. Nous vous incitons à démontrer du leadership et de mettre en application, avec audace, une vision ambitieuse de Vision Zéro pour la ville d’Ottawa.

Respectueusement vôtre,

Robb Barnes, Directeur exécutif, Écologie Ottawa

Sam Boswell, Groupe des usagers de transport en commun d’Ottawa

Jean Mullan, Co-Président, Association communautaire de Bel-Air

Érinn Cunningham, Bike Ottawa

Michelle Perry, Healthy Transportation Coalition

Neil Thomson, Président, Association communautaires de Kanata Beaverbrook

Annie Boucher Rimes, President, Association communautaire de Lincoln Heights Parkway

Stelios Togias. President, Association communautaire de Lindenlea

Liz Bernstein, Presidente, Association communautaire de la Basse-ville

Sybil Powell, President, Association Communautaire de McKellar Park

Heather Marie Scott, Presidente, Association Communautaire de Pineview

Marilyn Read, Secretaire, Association Communautaire d’Overbrook 

Jeff Westeinde, President, Projet Zibi