Soutener la motion du 16 février du conseil de l’environnement

English version

cityhall

Le 16 février, une motion importante sera examinée devant le conseil de l’environnement de la ville d’Ottawa.

Lisez plus bas pour découvrir :

  • Ce que la motion contient
  • Comment vous pouvez aider
  • Plus d’informations à propos de ce que la motion implique

Cette motion propose 5 articles :

  1. Que la ville renforce son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour concorder avec l’objectif plus ambitieux de la province de l’Ontario.
  2. Que le Maire Jim Watson rejoigne l’initiative climatique internationale appelée « La Convention des Maires » (the Compact of Mayors).
  3. Que David Chernushenko travaille avec différents services municipaux et groupes externes pour générer un plan d’implémentation pour atteindre des objectifs plus ambitieux.
  4. Que le personnel de la ville étudie la faisabilité de l’imposition de standards d’efficacité énergétiques minimaux pour les nouvelles constructions à Ottawa.
  5. Que le comité de l’environnement change son nom pour celui du comité de l’environnement et de la protection du climat.

Vous pouvez lire l’intégralité du texte de la motion en cliquant ici. (En anglais seulement)

Écologie Ottawa soutient cette motion et incite le conseil municipal à adopter celle-ci ou une autre de similaire substance.

Aidez à faire adopter cette motion !

Si vous êtes d’accord avec le fait qu’il est important que cette motion soit adoptée, s’il vous plait dites-le à votre conseiller municipal ainsi qu’au maire. Le conseiller Chernushenko devrait l’entendre aussi, c’est lui qui propose cette motion et il est le président du comité de l’environnement.

Voici comment les joindre :

 

Soyez présent !

Un excellent moyen de montrer votre soutien est d’assister à la réunion du comité de l’environnement le 16 février. La quantité de personnes présentes a son importance, cela montre que les citoyens se sentent concernés par les changements climatiques. Le public a le droit à la parole alors saisissez l’opportunité de parler en personne et de soutenir la motion.

Plus à propos de la motion et ce qu’elle signifie

#1 – les objectifs d’émission de gaz à effet de serre

La ville d’Ottawa devrait avoir des objectifs de réduction de GES plus ambitieux comme le propose cette motion.

L’objectif actuel de la ville est insuffisant pour que la ville soit en accord avec ce que la province souhaite atteindre. Si les villes de l’Ontario ne réduisent pas leurs émissions de gaz à effet, elles empêcheront la province de réussir.

Les différents objectifs sont difficiles à comparer pour plusieurs raisons.

  • En 2014 la ville d’Ottawa a réinitialisé don objectif de réduction de GES : 20% d’ici 2024. L’Ontario a maintenant une série d’objectifs pour 2020, 2030 et ultimement 80% de réduction d’ici 2050.
  • Alors que la ville utilise 2014 comme année témoin, l’Ontario et de nombreuses autres juridictions utilisent 1990 comme point de départ.
  • Les objectifs de la ville sont mesurés par habitant alors que la province définit ses objectifs en quantités absolues d’émissions de dioxyde de carbone réduites.

Les objectifs de réduction de la ville d’Ottawa semblent être moins ambitieux que ceux de la province de l’Ontario. Par exemple, l’objectif de la ville de 20% de réduction par habitant ne représente que 12% de réduction en « quantité absolues » selon la méthode utilisée par la province. Parce qu’il y a des différences entre les méthodes de définition des objectifs, on peut débattre de à quel point les objectifs de la ville sont moins ambitieux. Considérer que les objectifs de la ville sont moitié moins ambitieux que ceux de la province ou bien plus proche de les atteindre est une opinion subjective.

La motion qui sera présentée devant le comité de l’environnement le 16 février permettrait de rendre comparables les objectifs pour 2050.

Malheureusement, les plus proches et plus significatifs objectifs provinciaux de 15% d’ici 2020 et 37% d’ici 2030 restent en inadéquation.

#2 La convention des maires

Le maire d’Ottawa devrait vraiment être le représentant de notre ville dans ce réseau international. Toronto, Burlington, Oakville, Kitchener, London, Durham et Thunder Bay sont les municipalités de l’Ontario qui l’ont déjà rejoint.

La Convention se décrit comme établissant « une plateforme commune pour capturer l’impact des actions collectives des villes à travers une mesure standardisée des émissions et risques climatiques et un rapport public permanent de leurs efforts. »

L’action contre les changements climatiques a été un domaine de préoccupation et de difficultés à la ville d’Ottawa depuis bien avant le regroupement en 2000. Tout au long de cette période, rester consistant dans la mesure des émissions a été un défi. Une approche standardisée internationale comme le promet la Convention des maires pourrait aider Ottawa à gagner ce défi.

De même, au cours de l’histoire de la ville d’Ottawa aux prises avec les changements climatiques, les rapports publics ont été intermittents, cela pourrait être grandement amélioré en joignant la Convention.

Le Convention propose aussi de renforcer l’évaluation du risque climatique. Dans son rapport annuel de 2012, le vérificateur général de la ville d’Ottawa a pointé la possible responsabilité associée au manque de plan d’adaptation aux changement climatiques de la ville. Une évaluation standardisée du risque climatique fournirait certainement des données utiles pour un plan d’adaptation.
Il convient de noter que la ville d’Ottawa est membre du programme de la Fédération des Municipalités Canadiennes Partenaires pour Protection du Climat depuis des dizaines d’années et cela n’a pas résulté en l’atteinte d’objectifs de réduction de GES ni en réduction substantielle d’émission comme il est nécessaire présentement.
La motion présentée devant le comité devrait être approuvée mais plus important encore elle doit mener à un plan concret d’action et à des résultats

#3 – Plan de mise en œuvre

Au sein de l’administration de la ville d’Ottawa, un groupe de travail interministériel a été réuni au cours de l’élaboration du plan de la qualité de l’air et de la gestion des changements climatiques publié en 2014. La motion, si elle est adoptée, exigera du président du Comité de l’environnement de travailler avec ce groupe ainsi qu’avec les intervenants extérieurs, y compris Écologie Ottawa, pour présenter un plan de mise en œuvre qui permettrait d’atteindre l’objectif de réduction de 80%.

Pour atteindre de tels niveaux de réduction, il sera nécessaire pour presque tous ceux qui travaillent à la Ville d’Ottawa et tous ceux qui vivent à Ottawa d’apporter des modifications à la façon dont ils font les choses. Incorporer les solutions climatiques dans la manière dont le gouvernement municipal fonctionne sera nécessaire. La collaboration interministérielle est essentielle. Ce sont les gens qui travaillent dans les différents départements qui connaissent le mieux leurs emplois et s’ils peuvent intégrer des solutions aux changements climatiques dans leurs objectifs ainsi que des objectifs tels que les niveaux de service et des économies pour les contribuables, ils seront plus susceptibles d’identifier des solutions qui fonctionnent.

Un plan de mise en œuvre peut être nécessaire, mais ce sont les nombreuses différentes implémentations que les départements mettent en place eux-mêmes, sur la base de l’adoption du climat comme une de leurs priorités, qui permettront d’atteindre l’objectif nécessaire.

Cette partie de la requête doit être soutenue tout en reconnaissant que ce dont Ottawa a besoin n’est pas juste un autre plan, mais des changements réels qui font la différence.

# 4 – normes énergétiques

 Obtenir des maisons et des bâtiments à Ottawa qu’ils utilisent moins d’énergie et donc de réduisent leurs émissions de GES est l’un des objectifs les plus importants que cette motion adresse. Étude après étude, il a été montré de façon constante que le plus grand secteur qui contribue aux émissions de GES dans les limites de la ville est celui des maisons et des bâtiments ; beaucoup plus que les voitures, les camions et les bus.

La partie de la motion qui adresse des normes minimales de performance énergétique pour les nouveaux bâtiments résidentiels et commerciaux à Ottawa le fait en demandant au personnel d’étudier la faisabilité de ces normes. Encore une fois, bien qu’il y ait matière à amélioration et faisant partie de la motion qui doit être soutenue, une étude de faisabilité ne réduire pas, en soi, les émissions de GES. Il faut faire davantage. Comme la faisabilité est à l’étude peut-être que des projets de normes devraient également être développés et les bases d’autres mesures peuvent être posées comme « l’analyse comparative de l’énergie » par laquelle l’efficacité énergétique d’un bâtiment devient une question de dossier public.

# 5 – Le changement de nom du comité

Le gouvernement canadien récemment élu a changé le nom d’Environnement Canada en Environnement et Changement climatique Canada ; un changement identique à celui qui a eu lieu un an plus tôt au Ministère de l’environnement et du changement climatique de l’Ontario.

Ces deux changements reflètent l’accent plus large mis sur le changement climatique par ces gouvernements respectifs et qui est sans doute aussi le but des partisans de l’action climatique dans la ville d’Ottawa. Cependant, au niveau provincial et fédéral, ces changements de noms venaient d’en haut ; le premier ministre provincial et le Premier ministre ont rendu ces décisions en dernier lieu. Au niveau de la ville, nous ne disposons pas de preuves que le maire Jim Watson est derrière un tel changement ou qu’il l’appuie.

La rumeur nous dit qu’il y en a d’autres dans la ville qui s’y opposent, il y a un sentiment que le rôle du Comité de l’environnement est suffisamment faible pour qu’on puisse mettre en doute son existence en tant que comité permanent de son propre ; qu’il devrait plutôt être un sous-comité de quelque chose comme le Comité de planification.

Pourtant, la motion elle-même souligne que la Fédération canadienne des municipalités identifie les villes comme ayant compétence sur près de 45% des émissions de GES. Nous ne pouvons pas combattre le changement climatique au niveau fédéral ou provincial si nous ne faisons pas participer les villes dans la lutte. Le ciblage élargi montré par les changements de nom fédéral et provincial montre le besoin d’un ciblage élargi correspondant pour la Ville d’Ottawa.

Un changement de nom du comité n’aurait aucun impact sans une accentuation plus forte sur le changement climatique dans la gouvernance et les opérations de la ville. Cependant, le changement de nom d’un comité supporté par le leadership du maire soutiendrait un changement significatif entre les murs de l’hôtel de ville.

Faites adopter cette motion !

Une fois encore, si vous êtes d’accord avec le fait qu’il est important que cette motion soit adoptée, s’il vous plait dites-le à votre conseiller municipal ainsi qu’au maire. Le conseiller Chernushenko devrait l’entendre aussi, c’est lui qui propose cette motion et il est le président du comité de l’environnement.

Voici comment les joindre :

 

Soyez présent !

Un excellent moyen de montrer votre soutien est d’assister à la réunion du comité de l’environnement le 16 février. Plus d’infos ici.

 

Merci pour tout ce que vous faites,

Graham Saul

Directeur Exécutif

Catégories : Appel à l'action, Changement climatique

Follow

Abonnez-vous à nos flux RSS et profils de réseaux sociaux pour recevoir des mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :