La Communauté métropolitaine de Montréal s’oppose à Énergie-Est

English version

 

 

montréal says no

Lors d’une conférence de presse ce matin, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui représente 82 municipalités, a annoncé son opposition officielle aux pipelines d’Énergie-Est. Maire de Montréal, Denis Coderre, président de la CMM, a été rejoint par les maires de Laval, Longueuil, Repentigny et Candiac pour faire l’annonce.

Coderre a appelé les pipelines d’Énergie-Est dangereux dans le passé, et ce matin il exprime ses doutes si ce projet présente des avantages économiques importants pour la ville de Montréal.

Coderre a indiqué que le projet n’obtient pas une note de passage lorsque l’on compare les avantages économiques potentiels avec les risques potentiels pour la santé sociale, environnementale et publique. Coderre a exprimé la nécessité pour le gouvernement fédéral d’évaluer plus rigoureusement les impacts environnementaux du projet.

Si construit, le pipeline Énergie-Est transporterait 1,1 million de barils pétroliers de sables bitumineux (bitume dilué) par jour à travers 4 600 miles; coulant de l’Alberta au Nouveau-Brunswick. L’oléoduc traverserait six provinces et les territoires de 150 groupes des Premières nations. Le projet coûterait près de 16 milliards $ pour être construit.

Maire de Laval, Marc Demers, avait déjà annoncé en septembre que Laval est « fermement contre » la construction du pipeline Énergie-Est en raison des risques qu’il représente pour les voies navigables de Laval, l’eau potable et les terres agricoles.

Comme plusieurs municipalités et des groupes de citoyens se manifestent en opposition à l’Énergie-Est, il est de plus en plus évident que Justin Trudeau doit mettre le clou dans le cercueil sur ce projet de pipeline risqué. Afin que le Canada respecte les engagements qu’il a pris à Paris de limiter le réchauffement planétaire à un maximum de 1,5 degrés Celsius, la vérité est que nous devons garder 85 à 90 % de toutes les réserves de combustibles fossiles dans le sol.

Pour ce faire, le Canada doit mettre fin à tous les projets néfastes d’extraction de combustibles fossiles, changer de vitesse, et investir plutôt dans une économie de l’énergie 100 % renouvelable. Trudeau doit aussi honorer sa promesse de réformer et de moderniser l’Office national de l’énergie et le processus d’évaluation environnementale du Canada; de sorte que projet de pipeline en revue prends mieux en compte les droits des autochtones, la pollution amont et en aval, et les impacts du changement climatique.

map-original.png

Si construit, le pipeline Énergie-Est enverrait 130 millions de litres de pétrole par jour à travers la ville d’Ottawa, en traversant la rivière Rideau à l’extérieur de Stittsville. Si même un seul déversement de pétrole devait se produire, il dévasterait nos aquifères, empoisonnerait les réserves d’eau de notre ville, et affecterait la santé des résidents de notre ville.

Écologie Ottawa s’oppose aux pipelines d’Énergie-Est.

En savoir plus sur notre campagne de TarFree613 (613SansBitume) ici: http://ecologyottawa.ca/tar-free-613/  (https://ecologieottawa.ca/campagnes/613-sans-bitume/)

 

Mots-clés :, , , , , , ,

Catégories : 613 Sans bitume, Changement climatique

Follow

Abonnez-vous à nos flux RSS et profils de réseaux sociaux pour recevoir des mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :