Énergie Est ne sera pas construit

ENGLISH

L’énorme oléoduc pétrolier est incompatible avec la promesse climatique du gouvernement, des centaines de milliers de gens déjà opposés à l’oléoduc Énergie Est

Pour diffusion immédiate

Le 17 décembre, Ottawa – L’oléoduc Énergie Est ne peut pas être construit maintenant que le premier ministre Trudeau a accepté un plan climatique limitant le réchauffement à 1,5 degrés Celsius, disent de nombreux groupes environnementaux en réponse à la mise à jour de la candidature du projet Énergie Est annoncée par TransCanada aujourd’hui. Des estimations montrent que la production d’émissions en amont de l’oléoduc s’élèveraient à 32 tonnes métriques de CO2 par an soit l’équivalent de 7 millions de véhicules supplémentaires sur nos routes. Tandis que le processus complet est estimé à un total ahurissant de 220 millions de tonnes métriques par an, plus que ce qui est admissible sous le nouvel engagement climatique.

 

« La construction d’Énergie Est ne rentre pas dans l’équation pour le climat »  dit Andrea Harden-Donahue du Conseil des Canadiens «  Le gouvernement Libéral de Trudeau s’est engagé avec les chefs d’États du monde entier à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés Celsius, un objectif qui requiert une transition rapide vers un futur sans fossiles, certainement pas vers un gigantesque oléoduc de sables bitumineux. L’action sur le terrain commence maintenant. »

 

De plus, Énergie Est n’a pas le soutien public dont il a besoin pour être construit, disent des groupes environnementaux. Plus de la moitié de la population du Québec et 70 municipalités québécoises incluant la ville de Laval, troisième plus grande ville du Québec, s’opposent à Énergie Est et nombre de Premières Nations le long du trajet de l’oléoduc ont fait savoir leur opposition à Énergie Est y compris le conseil Mohawk de Kanesatake soutenu par une résolution des Chefs de Québec et de l’Union des Chefs Indiens de C.B. Pendant ce temps, l’opposition à l’oléoduc ne cesse de croitre avec plus de 100 000 messages envoyés à l’Office National de l’Énergie appelant à un nouvel examen du projet Énergie Est prenant en compte le climat. Une nouvelle pétition, www.savefundy.ca, a déjà récolté plus de 4 000 signatures et des milliers de citoyens concernés assistent aux audiences de l’Office Ontarien de l’Énergie.

« Le Premier Ministre Trudeau a dit publiquement que le projet Énergie Est nécessite le soutien de la population pour être considéré sérieusement comme une option mais avec des centaines de milliers de gens et des dizaines de communautés s’opposant déjà au projet, cette condition ne peut être atteinte. » dit Patrick Bonin de GreenPeace Canada.

 

Un échantillon représentatif de 100 communautés, entreprises, syndicats, groupes d’intérêts environnementaux a envoyé une lettre demandant au Premier Ministre Trudeau d’arrêter les examens de projets d’oléoduc de l’Office National de l’Énergie, incluant Trans Mountain de Kinder Morgan et Énergie Est de TransCanada, jusqu’à ce que le processus d’examen soit retravaillé. Cela inclut de consulter convenablement les gouvernements des Premières Nations qui sont directement affectées par les propositions d’oléoducs et une analyse en amont et en aval des impacts ou des émissions de gaz à effet de serre.

 

En attendant, contrairement à ce que TransCanada essaie de vendre, Énergie Est n’est pas créateur d’emploi puisque seulement 60 emplois à long terme seraient créés au Québec. L’oléoduc menacerait des milliers de jobs plus qu’il n’en créerait, particulièrement les 5000 pêcheurs et leurs familles au Nouveau-Brunswick qui dépendent de la Baie de Fundy pour leurs emplois. Des milliers d’autres pêcheurs dans le Maine et en Nouvelle-Ecosse dépendent aussi de cette Baie.

 

« Je suis convaincu que les habitant du Nouveau Brunswick, de la Nouvelle Ecosse et du Maine défendront vigoureusement la protection de nos terres, notre eau, nos sources de revenus et empêcheront des centaines de navires pétroliers de menacer la Baie de Fundy et le Golfe du Maine » affirme Matthew Abbott du Conseil de Conservation du Nouveau-Brunswick.

Les groupes affirmant qu’Énergie Est ne se construira pas sont : Equiterre, Greenpeace Canada, Environmental Defence, le Conseil des Canadiens, l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Le Conseil de Conservation du Nouveau Brunswick, Ecology Action Centre, Transition Initiative Kenora, Écologie Ottawa

 

Pour plus d’informations, merci de contacter :

Patrick Bonin Campagne Climat Énergie, Greenpeace Canada, (514) 594-1221

Andrea Harden-Donahue, Council of Canadians, 613-793-5488

Matthew Abbott, Conservation Council of New Brunswick, (506) 321-0429

Alex Tétreault, Organisateur Campagne Énergies Propres, Écologie Ottawa, 613-294-2024

 

 

 

Catégories : 613 Sans bitume, Communiqués de presse

Auteur :Alex Tétreault

Clean Energy Organizer for Ecology Ottawa. Eternal student. Socio-anthropology of migration and tech in development. Environment. Occasional photographer.

Follow

Abonnez-vous à nos flux RSS et profils de réseaux sociaux pour recevoir des mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :