Notre analyse des priorités environnementales de la ville d’Ottawa

La Ville d’Ottawa vient de dévoiler ses priorités environnementales pour les quatre prochaines années, mais il est toujours temps pour vous, les citoyens, d’aider la Ville à prendre les bonnes orientations. Cet article expose une première évaluation des priorités du mandat du Conseil proposées par la Ville et décrites dans un document donnant les grandes lignes de ce que le maire et le Conseil planifient pour les prochaines années. Les priorités du mandat du Conseil guideront les actions de la Ville sur les questions concernant la santé des bassins hydrographiques et l’assainissement de l’eau, les arbres, le transport en commun, à pied et à vélo, l’énergie renouvelable et le changement climatique. Vous pouvez cliquer ici pour consulter les trois pages de notre analyse en version PDF. Vous pouvez aussi cliquer ici pour en savoir davantage et apprendre comment vous pouvez arriver à faire une différence. Pour ceux d’entre vous qui souhaitent obtenir des informations plus détaillées, vous trouverez notre analyse préliminaire de quinze pages ici. Le mouvement environnemental s’engage dans des années qui s’annoncent captivantes et nous sommes impatients de travailler avec vous. Il s’agit de notre ville, aussi bâtissons-la ensemble.

Voici donc notre opinion. La vôtre nous intéresse, laissez-la-nous savoir.

Santé des bassins versants :

Sur le territoire de la ville d’Ottawa, il y a environ 4 500 kilomètres de ruisseaux, de criques et de rivières qui sont étouffés par le développement, qui subissent des crues soudaines provoquant de l’érosion et qui sont empoisonnés par un cocktail de contaminants apportés par le ruissellement dans nos rues chaque fois qu’il pleut. Écologie Ottawa a demandé à la Ville d’aider à restaurer nos cours d’eau et à protéger nos habitations des inondations en développant une nouvelle stratégie sur le milieu aquatique axée sur les infrastructures vertes. Aussi connu sous le nom de développement à faible impact environnemental, l’utilisation d’infrastructure verte recourt à  la végétation, aux sols et aux processus naturels pour gérer l’eau et créer un environnement urbain plus sain. Par exemple, si nous adoptons une stratégie d’expansion de certains espaces verts et de remplacement de l’asphalte par des surfaces perméables, nous utilisons la nature pour favoriser  le ralentissement et l’absorption de l’eau pluviale ce qui contribue à la garder propre.

Nous sommes heureux de rapporter que le mandat des priorités du Conseil dévoilé par la mairie comprend l’engagement de développer une nouvelle stratégie sur le milieu aquatique. Cinq ou six documents portant sur le sujet étaient fournis en complément.  (Vous pouvez consulter le document complet sur les priorités du mandat du Conseil ici.) La mauvaise nouvelle, c’est qu’il n’y a aucune mention d’infrastructures vertes ou de développement à faible impact environnemental. Nous espérons qu’il s’agit d’un oubli et que la Ville ajoutera à ce sujet une  référence plus explicite dans le document sur les priorités du mandat du Conseil. Nous espérons aussi travailler avec vous dans les prochaines années afin de nous assurer que les études concernant le  milieu aquatique et les diverses stratégies appuient l’accent sur les infrastructures vertes.

Arbre Ottawa:

Vous avez probablement remarqué les gros « X » sur les frênes de votre quartier. Ils signifient que ces arbres se meurent à cause de l’infestation de l’agrile du frêne, tout comme des millions d’autres frênes sur le territoire d’Ottawa. Jusqu’à 20 millions d’arbres de la ville seront perdus, y compris des centaines de milliers d’arbres de la zone urbaine. En réponse à ce fléau, Écologie Ottawa a demandé à la Ville de se joindre à l’effort collectif d’autres organisations et institutions pour planter un million d’arbres à Ottawa, comme cadeau au Canada à l’occasion de 150e anniversaire de la Confédération en 2017.

Nous sommes heureux d’annoncer que la Ville a embrassé l’objectif d’un million d’arbres et s’est jointe à l’initiative d’Arbre Ottawa, engagement auquel il est fait explicitement référence dans les priorités du mandat du Conseil. Plus spécifiquement, la Ville s’engage à planter  environ 125 000 arbres par an (une augmentation par rapport aux 110 000 dans le passé),  à planter deux arbres pour tout arbre qu’elle abat et à s’assurer d’une augmentation globale du couvert forestier au cours des quatre prochaines années. Ceci ne règlera pas le problème, mais il s’agit d’un pas dans la bonne direction. Remarquez que les priorités du mandat du Conseil comprennent une omission flagrante, car il n’y a aucune mention de la nécessité de développer et de mettre en œuvre  une nouvelle stratégie d’aménagement forestier. Nous espérons que la Ville clarifiera son engagement sur cette initiative importante.

Rues conviviales

Transport en commun, à vélo et à pied

Beaucoup de rues d’Ottawa sont dangereuses pour les piétons et les cyclistes tout comme trop de quartiers manquent de choix en matière de transports publics commodes et abordables. Également, une mauvaise conception des rues décourage non seulement un mode de vie actif, mais limite aussi les choix en matière de transport. L’augmentation de la congestion de la circulation et des coûts d’entretien peut en résulter. Écologie Ottawa a donc demandé à la Ville d’adopter et de mettre en œuvre une nouvelle politique de rues conviviales qui favorisera la conception des rues en ayant tous les groupes d’âge à l’esprit et qui tiendra compte de l’ensemble des capacités et usages possibles, et pas seulement pour les  automobiles. Nous avons aussi pressé la Ville d’accélérer les investissements proposés dans les infrastructures pédestres et cyclables.

Les priorités du mandat du Conseil proposées comprennent une grande liste d’actions que la Ville d’Ottawa entend mener pour améliorer le transport en commun, à pied et à vélo. Elles incluent la mise en œuvre complète du Plan de la circulation piétonnière, du Plan sur le cyclisme et de la première phase du train léger sur rail d’ici la moitié de 2018. Il y a aussi de nouvelles initiatives pour modérer la circulation et améliorer la connectivité des sentiers qui devrait rendre la ville un peu plus sécuritaire pour les piétons et les cyclistes. Bizarrement, cependant, il n’y a PAS DE MENTION sur l’adoption et la mise en œuvre d’une nouvelle politique des rues conviviales dans les priorités du mandat, même si la Ville a récemment dévoilé une proposition pour lui donner une impulsion. Nous espérons qu’il s’agit d’un simple oubli et nous demandons à la Ville de mentionner spécifiquement la politique des rues conviviales dans les priorités du mandat du Conseil. Nous sommes également déçus, car la Ville ne semble pas accélérer ses plans d’investissements dans les infrastructures pédestres et cyclables alors que nous prévoyons qu’il s’agira d’un défi constant dans les prochaines années.

Changement climatique et énergie propre :

Le Plan de gestion de la qualité de l’air et des changements climatiques (ou Plan sur les changements climatiques) que la Ville d’Ottawa a adopté en 2014 est un monstre multidimensionnel complexe. Il ressemble à un sac fourre-tout rempli d’initiatives de tout acabit liées à l’eau, les espaces verts, l’énergie et les transports. La raison revient en partie à la nécessité s’attaquer à un éventail de problèmes environnementaux pour lutter contre le changement climatique : la question climatique est en fait un bon levier pour s’occuper d’autres questions environnementales qui tiennent à cœur les gens. Le Plan de la Ville d’Ottawa ne démontre toutefois pas de grandes ambitions en la matière.

Il convient toutefois de reconnaître que pour la première fois depuis la création d’Écologie Ottawa il y a huit ans, la Ville possède à la fois un Plan sur les changements climatiques et un Comité de l’environnement qui est sérieux dans la lutte contre les changements climatiques. Il importe également de signaler que le mandat des priorités du Conseil comprend la mise en œuvre du Plan sur les changements climatiques qui ainsi fait clairement partie du programme. Dans le mandat des priorités du Conseil, il y a aussi une longue liste d’engagements liés aux arbres, à l’eau et au transport (dans la veine de ceux mentionnés plus haut) qui se trouvent également dans le Plan sur les changements climatiques parce qu’ils aideront à affronter les conditions météo graves ou la transition des combustibles fossiles vers une autre énergie, ou les deux. Enfin, le mandat fait référence à des programmes précis  sur l’efficacité énergétique (tel qu’un investissement important dans un éclairage de rue plus performant) et comprend l’engagement  de développer une stratégie sur l’énergie renouvelable qui devrait aider à garder le cap dans la bonne direction.

La mauvaise nouvelle, c’est que tout ceci représente une réponse bien terne à un problème urgent et qu’un grand nombre de promesses à propos du changement climatique  ne figurent pas dans les priorités du mandat du Conseil. En 2013, le maire Jim Watson, devant une foule de plus de 200 personnes, a annoncé que la Ville d’Ottawa fixerait des cibles pour réduire la pollution causée par les gaz à effet de serre, qu’elle les respecterait et, même, les dépasserait. Cependant, il n’est aucunement question de la réduction de la pollution causée par les gaz à effet de serre dans les priorités du mandat du Conseil (ni même d’utiliser les réductions pour mesurer les progrès). Au cours de la campagne électorale de 2014, le maire a reconnu avec raison que la Ville a la responsabilité morale et écologique  de faire sa juste part dans la lutte aux changements climatiques. En réponse au sondage d’Écologie Ottawa mené pendant la campagne électorale, le maire s’est engagé, s’il était élu, à faire pression pour mettre en œuvre la totalité du Plan de la gestion de la qualité de l’air et des changements climatiques, mais ce n’est pas ce qu’il fait aujourd’hui.

Nous savons ce qui se passe lorsque le maire décide d’épouser une cause. Lorsqu’il a vraiment un dossier à cœur, il rallie la bureaucratie, communique une vision claire, propose des investissements considérables, énonce clairement ce dont il a besoin aux gouvernements provincial et fédéral et, ensuite, travaille dur pour l’obtenir. Nous avons vu le maire donner priorité à l’élimination des eaux usées dans la rivière des Outaouais et à la construction du train léger sur rail : il en mérite le crédit pour son leadership. Par conséquent, nous savons de quel bois il se chauffe lorsqu’il appuie vraiment une cause. Voilà pourquoi nous croyons qu’il ne s’implique pas encore vraiment pour répondre au défi des changements climatiques.

Notre analyse détaillée des priorités du mandat du Conseil proposées documente une grande liste de promesses liées à l’enjeu climatique, qui risquent d’être brisées (vous pouvez les lire ici). Ceci comprend des promesses importantes telles que la création d’un fonds pour l’achat d’espaces verts menacés, l’établissement d’un groupe de travail sur le chauffage urbain au centre-ville et un investissement majeur dans l’efficacité énergétique pour Logement communautaire d’Ottawa. Notre espoir, c’est qu’il est encore temps de faire inclure ces promesses et d’autres enjeux dans les priorités du mandat du Conseil.

Il y a de nombreuses questions sur lesquelles Écologie Ottawa aimerait voir plus d’engagements dans les priorités du mandat du Conseil, mais, en résumé, voici nos quatre recommandations les plus importantes :

  • Le maire Watson devrait utiliser toute son influence au service de ses promesses et pour mener des actions ambitieuses pour le Plan sur les changements climatiques, et parvenir à des gains durables et importants dans la globalité du portefeuille environnemental.
  • Nous recommandons que les “infrastructures vertes” fassent explicitement partie des priorités du mandat du Conseil.
  • Nous recommandons qu’une nouvelle stratégie d’aménagement forestier soit explicitement intégrée aux priorités du mandat du Conseil.
  • Nous recommandons qu’une nouvelle politique pour des rues conviviales soit explicitement incluse dans les priorités du mandat du Conseil.
  • À la Ville, les prochaines années s’annoncent pour être captivantes et sachez que nous sommes impatients de travailler avec vous.

Rappelons que vous pouvez consulter un document PDF de trois pages décrivant notre analyse ici et que vous trouverez quelques idées sur la manière de vous impliquer ici. Pour les passionnés, voici les 15 pages de notre analyse préliminaire ici. (plus faciles à lire que les 140 pages du document sur les priorités du mandat du Conseil!).

Merci de votre intérêt et de votre soutien,

Graham, Charles, Stu, Robb, Aija, et toute l’équipe d’Écologie Ottawa.

Catégories : Du Directeur exécutif

Follow

Abonnez-vous à nos flux RSS et profils de réseaux sociaux pour recevoir des mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :