Conclusion (Audio) L’oléoduc Énergie est pose un risque à l’environnement du nord (CBC News)

Auteur: CBC News

Un rapport rédigé par la province a conclu que l’oléoduc Énergie est porte un risque significatif à l’environnement, avec peu d’avantages économiques pour le nord de l’Ontario.

Le rapport a été rédigé suite à un examen d’un an du projet par la Commission de l’énergie de l’Ontario.

Une série d’audiences publiques à travers le nord l’année dernière a fait partie de l’examen.

Le rapport estime que 2 206 travailleurs seront nécessaires pour convertir l’oléoduc qui traverse le nord de gaz naturel au pétrole.

Par contre, une équipe de 190 travailleurs sera requis suite à la conversion. La Commission de l’énergie a déclaré que ce n’était pas clair si les travailleurs seraient embauchés de nouveau, ou bien s’ils seront transférés des opérations de gaz naturel courants.

Ils ont aussi indiqués que les impôts sur les biens réels aux municipalités du nord-est vont probablement croître de 1.6 million $ par année, du 12.1 million $ présentement établi. Mais la plupart des hausses seront ressentis dans les quelques communautés où les nouvelles stations de pompage seront construites.

Le maire de Kapuskasing, Al Spacek, a dit qu’il pense que l’oléoduc contribuera positivement à l’économie locale pour un village comme le sien.

« Dix ou vingt postes de travail dans une petite communauté, c’est très significatif », a dit Spacek, qui a une partie de l’oléoduc qui passera à travers sa municipalité.

La protection des sources d’eau

Le rapport présente comme avis d’examiner des options pour changer le tracé de l’oléoduc autour des sources d’eau potable, comme le lac à la Truite à baie North.

Sans titre

Figure 1. Le rapport de la Commission de l’énergie de l’Ontario indique que la plupart de l’impact économique de l’oléoduc d’Énergie est pour le nord de l’Ontario va survenir de la construction des stations de pompage, semblables aux stations de compression qui existent déjà le long de l’oléoduc de gaz naturel, comme celui-ci près de Chute-aux-Iroquois. (Erick White/CBC)

Spacek a dit qu’il s’inquiète au sujet des risques environnementaux associés au transport du pétrole à travers la région, tout comme les habitants du nord, mais il ne croit pas que c’est assez pour annuler Énergie est complètement.

« Quel est l’alternatif? Nous savons ce que c’est, nous l’avons vu à Gogama. »

Depuis que ce déraillement de train portant du pétrole a fait les grands titres de l’actualité le mois dernier, le débat entre l’oléoduc et les rails est revenu dans les discussions.

Par contre à baie North, le maire Al McDonald évite de participer dans cette discussion au sujet de la manière la plus sécuritaire d’expédier le pétrole.

« Nous mettons plutôt l’emphase sur notre message qu’il s’agit de notre eau potable et que par conséquent cela nous concerne », a dit le maire.

Un porte-parole pour TransCanada, Tim Duboyce, a mentionné que la compagnie est ouverte à des modifications de tracé, incluant un changement dans la région du Québec pour ne pas affecter une région de terre humide.

Mais il a noté que c’est moins probable dans le nord de l’Ontario, où un oléoduc déjà incrusté dans le sol qui va être transformé pour le transport du pétrole brut.

« C’est un problème de bon sens et de science », a dit Duboyce. « Ce sont des principes dérogatoires qui guident cette sorte de décision. »

Le rapport de la Commission de l’énergie de l’Ontario va compléter une portion des soumissions de la province à l’Office national de l’énergie, qui va prendre la décision pour donner son approbation du projet Énergie est.

Ce processus a un délai d’une année, suite à une décision la semaine dernière pour annuler des plans pour un terminal d’expédition au Québec.

La compagnie TransCanada estime que le pétrole va commencer à être pompé dans l’oléoduc au début de l’année 2020.

Figure 2. L’oléoduc Énergie est proposé par TransCanada va transporter le pétrole brut de l’Alberta jusqu’au Nouveau-Brunswick. (La presse canadienne)

Figure 2. L’oléoduc Énergie est proposé par TransCanada va transporter le pétrole brut de l’Alberta jusqu’au Nouveau-Brunswick. (La presse canadienne)

Pour écouter le reportage radio en anglais, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :