Traitement d’eaux usées : les efforts d’Ottawa salués par les environnementalistes

Des groupes environnementaux de la région se réjouissent de l’annonce de nouvelles ressources dans le but de réduire les déversements d’eaux usées dans la rivière des Outaouais.

Des représentants des trois paliers gouvernementaux ont officialisé, aujourd’hui, l’allocation d’un nouveau financement à l’usine d’assainissement des eaux usées de Gloucester.

Selon les termes de l’entente, le gouvernement Harper pourrait débloquer un peu plus de 62 millions de dollars pour le projet.

Le gouvernement de l’Ontario verserait une somme pouvant atteindre un montant similaire, dans le cadre de l’initiative Faire progresser l’Ontario. La Ville d’Ottawa sera responsable, pour sa part, des coûts restants liés au projet, dont le budget total est estimé à 231 millions de dollars.

« Je suis tellement contente d’apprendre cette nouvelle. Ce n’est pas facile d’aller chercher autant de financement pour un projet d’infrastructure et d’avoir la collaboration des trois niveaux de gouvernement », explique la directrice générale à Sentinelle Outaouais, Meredith Brown.

Ce financement sera utilisé par la capitale nationale afin de construire un système de stockage souterrain. Ce dernier permettra d’éliminer les déversements d’eaux usées dans la rivière.

Cette initiative s’inscrit dans la dernière phase du Plan d’action de la rivière des Outaouais, qui avait été adopté par la Ville d’Ottawa en 2009.

Le projet, annoncé aujourd’hui, comprend la construction de deux tunnels du système de captage des eaux usées mixtes reliés entre eux :

  • Le tunnel est-ouest traversera le centre-ville, des plaines LeBreton jusqu’au parc Stanley.
  • Le tunnel nord-sud longera la rue Kent, de la rue Chamberlain jusqu’à la rue Wellington, avec les infrastructures connexes.

Gatineau invitée à suivre le courant

Selon la porte-parole de Sentinelle Outaouais, Amanda Masterson, cette annonce constitue un pas dans la bonne direction.

Elle rejoint Mme Brown qui affirmait que « pour la population, cela signifie moins de fermetures de plages, moins de perturbateurs endocriniens dans la rivière et des canotiers qui n’auront plus à pagayer autant à travers des eaux usées ».

Mme Masterson rappelle cependant que la santé de la rivière est affectée par toutes les communautés et les industries qui sont situées sur ses rives.

« La Ville d’Ottawa est une municipalité parmi plusieurs. Donc nous avons vraiment besoin d’un effort collectif afin de réellement préserver la rivière des Outaouais », a-t-elle souligné, en visant explicitement la Ville de Gatineau.

Amanda Masterson fait remarquer que la Municipalité québécoise n’est pas un partenaire du Plan d’action de la rivière des Outaouais.

Elle déplore le fait qu’Ottawa soit la seule à se montrer proactive dans ce dossier alors que Gatineau fait face aux mêmes défis.

Pour voir le reportage complet en francais, cliquez ici.

 

 

 

 

Catégories : Campagnes, Plan d’action de la rivière des Outaouais

Follow

Abonnez-vous à nos flux RSS et profils de réseaux sociaux pour recevoir des mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :